Le procès de Hissène Habré est une victoire pour la justice africaine, selon (AVCRHH)

Communiqué de l’Association des Victimes de Crimes du Régime de Hissène Habré

Près de 25 ans après notre libération des geôles de l’enfer de Hissène Habré, plus de 15 ans après le dépôt de notre première plainte contre le dictateur et sa première inculpation par un juge sénégalais, nous, les survivants, les veuves et les orphelins, nous réjouissons de l’annonce par les Chambres africaines extraordinaires de la date du début de son procès le 20 juillet prochain. 

L’imminence du procès prouve que nous avions raison d’emprunter le chemin de la justice pour recouvrer notre dignité, plutôt que celui de la vengeance. Malgré les innombrables obstacles, malgré les menaces et les blocages, nous avons su montrer au monde que notre combat était juste, légitime et noble. La patience, la persévérance et la ténacité ont eu raison du mépris, du mensonge, et de la récupération de la part de ceux qui ont tenté d’enterrer la procédure.

Après une longue campagne semée d’embuches, pendant laquelle de nombreux survivants sont décédés, nous avons eu, hier, la joie de voir les terribles anciens agents de la DDS, la police politique de Habré, répondre de leurs actes devant une cour à N’Djaména.

Demain le dictateur sera lui aussi appelé à la barre devant les Chambres africaines et jugé pour les violations massives perpétrées par son régime. Le peuple tchadien s’en réjouit déjà.

La cour criminelle de N’Djaména a aussi condamné les anciens complices de Habré et l’Etat tchadien à nous verser 75 milliards de francs CFA en réparation. Nous restons mobilisés tant que l’Etat tchadien ne se sera pas acquitté de ses obligations et préparons sereinement le procès de Habré le 20 juillet.

Le mutisme affligeant de Hissène Habré ne nous arrêtera pas dans notre détermination. Son refus annoncé d’assister aux audiences est une insulte aux survivants et aux 40,000 personnes qui ont péri dans son système de mise à mort. Les victimes ont eu le courage de demander justice et de se battre jusqu’à l’obtenir. Hissène Habré, qui a régné comme un dieu sur le Tchad a-t-il maintenant peur de nous regarder en face, d’écouter nos témoignages, alors qu’il a l’opportunité de répondre de ses actes dans le cadre d’un procès juste et équitable ?

Hissène Habré conteste les Chambres africaines extraordinaires créées par le Sénégal et l’Union africaine, mais en réalité, aucun tribunal, aucune juridiction, n’a jamais trouvé grâce à ses yeux que ce soit au Sénégal, en Belgique. Hissène Habré veut simplement échapper à ses victimes et à la justice!

Nous voulons que l’affaire Habré devienne un véritable précédent qui inspire d’autres victimes dans le monde à lutter pour la justice et contre l’oppression et pour que plus jamais dans notre pays – ou dans aucun pays – une telle barbarie ne se répète.

Nous tenons enfin à remercier tous ceux qui se sont battus à nos côtés, à nos partenaires qui nous accompagnent et qui ont dû consentir de lourds sacrifices.

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles