Le Président George Weah Au Sénégal : Une visite de cœur et de raison

En consacrant sa première visite officielle à l’étranger au Sénégal, le jeudi 15 février 2018, le tout nouveau Président du Libéria, George WEAH pose un acte qui n’est pas anodin. Il confirme ainsi la qualité de ses relations avec le Président Macky SALL, qui l’a maintes fois reçu, avant son élection et a assisté à sa prestation de serment, le 22 janvier 2018, à Monrovia. Le président du Libéria affiche aussi son souhait de voir la coopération bilatérale, jugée faible, connaître une nouvelle impulsion et met en relief l’espoir qu’il fonde sur le leadership du Président Macky SALL.

Au-delà des relations fraternelles, confirmées par les deux chefs d’Etat, lors de la conférence de presse conjointe qu’ils ont animée ensemble au Palais de la République, la volonté commune est de renforcer la coopération dans plusieurs domaines : éducation, santé, économie et social.

George WEAH qui a trouvé auprès de son grand frère, Macky SALL, une oreille attentive et des conseils avisés, avant son élection, compte sur son leadership en Afrique et dans la région qui, espère t-il, peut beaucoup aider son pays.
Dans ce pays où la pauvreté est à un niveau élevé, pour dire le moins, disposant cependant de diamant, d’or et autres ressources minières, il lui faut beaucoup d’imagination et de talent, pour relever les défis, comme ce fut le cas sur les terrains de football, ce qui lui valut, entre autres titres, celui de Ballon d’Or européen, en 1995.

WEAH a pendant longtemps été préoccupé par la situation de son pays et de ses compatriotes, qui ont subi les affres de 15 ans de guerre civile. Un engagement qu’il a manifesté sous Charles TAYLOR, puis en briguant les suffrages des libériens, face à Ellen Johnson SIRLEAF, qui l’a battu au second tour, alors qu’il était en tête au premier tour.

Candidat à la vice-présidence en 2011, le ticket présidentiel formé avec Winston TUBMAN est battu par la présidente sortante. Il est élu en 2014, Sénateur du Comté de Montserrado, avec 78 % des voix, devançant Robert SIRLEAF, un des fils de la présidente Ellen Johnson SIRLEAF, avant de voir sa persévérance le porter à la tête de son pays, au second tour de l’élection présidentielle, le 26 décembre 2017, face au vice-président sortant Joseph BOAKAI, avec 61,5% des voix contre 38,5%.
Il est vrai, les chemins du football et de la politique ne se croisent pas toujours, mais un sportif est aussi un citoyen et, en cette qualité, ne devrait rester indifférent des affaires de son pays.

Talibouye AIDARA
Journaliste/Communicant
Email: aidara.or.t@gmail.com

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles