Le jour où certains maures ne pourront plus bénéficier les fruits du travail des Haratine, la culture voire la société maure va se disloquer…

Là où certains leaders, les hommes politiques, les intellectuels, les membres de la société civile prendront la poudre d’escampette, le leader abolitionniste, M. Biram Dah Abeid déclare face à cet arbitraire qui est dressé comme mode de la « bonne gouvernance » par le régime dictatorial de Mohamed Ould Abdel Aziz et ses colistiers: « Je n’en ai cure de la prison si je suis dans la prison pour défendre la vérité, pour défendre les humbles, pour défendre les opprimés…… »

Vraiment c’est très courageux de sa part. N’est-il pas temps que les victimes se réveillent, arrêtent de suivre les marchands de la misère, de la peur en échange de quelques billets d’argent ou de la nourriture, qu’elles suivent désormais leur intérêt vers le changement voire l’avenir de tous?

Sur quel motif repose le mandat de dépôt du juge d’instruction et du procureur auprès du tribunal d’Arafat de Nouakchott? Combien de fois, ces simulacres tribunaux instrumentalisés ont arrêté illégalement le leader Biram Dah Abeid et les militants IRA-Mauritanie ? Biram a-t-il pris la fuite ? Quel cadre actif au sein d’IRA-Mauritanie a pris la fuite ?

Être emprisonné arbitrairement ne fait plus peur à personne, au contraire, c’est devenu un honneur face à l’arbitraire ambiant qui perdure et ceinture les mauritaniens. Les racistes, extrémistes faux généraux maures doivent revoir leurs méthodes archaïques. Vaut mieux de trouver des solutions durables aux problèmes soulevés qu’à s’acharner sur l’exhibitionnisme du mensonge d’état, la solution ne peut venir de là. Impossible !

A vrai-dire, les maures sont trahis par leurs faux généraux extrémistes, sur les quels, ils avaient placé toute leur confiance, qui les ont fait croire, qu’ils seront protégés éternellement dans leur arbitraire, qu’ils vont continuer à vivre comme des pachas sur la sueur des Haratine sans le moindre effort, dans la facilité, le confort, le luxe, le débauche total etc…. Le système Tâcheronnat Mauritanien en est la parfaite illustration, les licences d’exploitations ne sont délivrées qu’en faveur des maures, la main d’œuvre est essentiellement Haratine qu’on paye moins que rien sans aucun droit. Voila le gouffre de cette folie criminelle qui rend paresseux, nerveux le maure, puisqu’il n’est plus capable de vivre autonome en travaillant comme tout le monde sans tricher. Le jour où certains maures ne pourront plus bénéficier les fruits du travail des Haratine, la culture voire la société maure va se disloquer.

Voila pourquoi, le réveil des Haratine avec l’acquisition de leurs droits sociaux, politiques, culturels fait autant peur à certains extrémistes maures qui ceinturent le régime. Ainsi, l’état met en place une gigantesque entreprise de diabolisation, maltraitance, harcèlement du leader Biram Dah Abeid dans l’objectif le faire taire à défaut de pouvoir acheter sa conscience comme ses aînés qui l’ont précédé.

Diko Hanoune/facebook

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles