Le Gouverneur de la Bavière envoie 31 migrants à Merkel avec un message : «Nous ne pouvons pas les gérer»

Le Gouverneur de la Bavière a emballé 31 migrants sur un bus, pour un voyage de sept heures pour les atterrir au bureau d’Angela Merkel à Berlin après avoir averti le leader allemand: en ces termes ; «Nous ne pouvons pas les gérer»

Les réfugiés ont été mis dans bus à Landshut, une ville du sud-est de l’Allemagne dirigé par le gouverneur bavarois Peter Dreier, puis  transportés sur 340 kilomètres  vers la capitale allemande.

Dreier semblait avoir agi suite à une menace qu’il avait faite à Mme Merkel l’an dernier, critiquant son attitude selon laquelle l’Allemagne peut faire face à l’afflux des migrants. Il est dit avoir émis un avertissement à la chancelière par appel téléphonique en Octobre.

Mais tandis que les médias et la police se tenaient autour du bus, les responsables de la ville de Berlin ont été vus en train de négocier avec les Bavarois, tandis que des Syriens les regardaient avec des visages inquiets.

Après deux heures de discussion, Dreier a dit qu’il avait accepté de payer personnellement pour les réfugiés la première nuit dans un hôtel de Berlin, en soulignant que le bus avait également été  payé  par « une personne privée », non pas avec l’argent du contribuable.

Il a aussi déclaré que certains des réfugiés voulaient jeter plus tard, un coup d’œil sur la disposition de Berlin, d’autres avaient demandé de se rendre à une autre ville, Hambourg, et d’autres qui le veulent pourraient revenir à Landshut.

Le chef du groupe de soutien aux réfugiés allemande Pro Asyl, Guenther Burkhardt, a critiqué le voyage.  «Cela ne résout pas les problèmes … ceci est un coup pour abuser de la situation des réfugiés et envoyer le message « Nous voulons fermer les frontières », dit-il.

L’action de Merkel pour avoir ouvert les portes de l’Allemagne à ceux qui fuient la guerre et la misère a été saluée , mais a aussi résisté à de sévères critiques, en particulier de l’état Bavière, la principale porte d’entrée pour les réfugiés et les migrants.

Mais Merkel est sous une pression croissante pour endiguer le flux de migrants vers l’Allemagne, de nombreuses zones de guerre au Moyen-Orient ou en Afrique, pour sa politique de «porte ouverte» de facto aux migrants, en réponse à la crise des réfugiés syriens.

Le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert a dit ce soir dans un communiqué que si le gouvernement est conscient du fait que le nombre de réfugiés est un défi pour les communautés, il les soutient aussi financièrement dans le traitement de la crise.

Le gouvernement fédéral a également promis de fournir plus de 1 milliard d’euros (1,08 milliards de dollars) par an jusqu’en 2019 pour leur logement social, a souligné Seibert.

lactuacho.com dailymail.co.uk

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles