Le dialogue politique est devenu à force, une paralysie politique

Quand on a trop piétiné les principes républicains dans une démocratie aucun dialogue ne peut être sincère ou pris au sérieux dans ce pays. C’est pour cette raison les Sénégalais assistent à une théâtralisation  du dialogue politique.

Le pouvoir  ne sait pas sur quel pied il doit danser pour faire bouger les choses. Trois mois après la présidentielle le régime est toujours dans le doute et à la quête de sa légitimité auprès du peuple en cherchant par le dialogue un moyen pour se racheter. Le dialogue n’a aucun sens quand on ne respecte pas les principes républicains et depuis le temps il est devenu à force une paralysie politique dans ce pays.

Le pouvoir est inactif, sa vision politique est paralysée par un dialogue qu’il n’arrive pas à ouvrir avec son opposition. Dans ses conditions il ne faut pas que l’opposition continue à perdre son temps et doit aller elle-même engager son propre  dialogue avec les Sénégalais. Pour montrer qu’elle s’implique réellement pour le peuple et faire bouger les choses sans forcément suivre l’agenda du pouvoir pour s’opposer.

L’opposition ferait mieux de bousculer le régime et faire bouger les choses dans ce pays face  à un pouvoir hésitant qui vit dans la peur de l’adversaire. Elle doit exiger le retour de Karim  Wade  et la libération de Khalifa Sall  pour renforcer sa force avec  deux alliés de taille  et adversaires politiques très populaires du régime en place. Et ensemble mener un combat de principes fondé uniquement pour un véritable changement pour  restaurer l’État de droit véritable que le Sénégal a toujours connu.

Jon Birahim

Responsable Pds France

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles