Le défi de l’égalité sur le lieu de travail : le BIT salue la décision de placer le combat contre les inégalités au cœur du sommet du G7

Le Directeur général du Bureau international du Travail (BIT), Guy Ryder, salue la décision de placer le combat contre les inégalités au cœur du sommet du G7 de cette année. Guy Ryder, qui assistera au Sommet organisé à Biarritz (France) du 24 au 26 août, considère l’inégalité comme l’un des défis majeurs de notre époque.

La présidence française du G7 de cette année a bien choisi le thème du Sommet de Biarritz. «La lutte contre les inégalités» est en effet l’un des défis majeurs de notre époque, selon le BIT.

Le thème de la lutte contre les inégalités s’inscrit parfaitement dans le mandat de l’Organisation internationale du Travail (OIT) en matière de justice sociale, comme l’énonce la toute récente Déclaration du centenaire de l’OIT pour l’avenir du travail, adoptée par la Conférence internationale du Travail en juin 2019 .

L’intention de la présidence du G7 de réaffirmer, lors du Sommet de Biarritz, l’engagement des membres du G7 à relever les défis mondiaux au moyen d’une action collective constitue un soutien important à l’appel lancé dans la Déclaration en faveur d’un multilatéralisme renforcé pour affronter les problèmes auxquels doit faire face le monde du travail.

Le volet «travail et emploi» du G7, connu cette année sous le nom de G7 Social, œuvre en faveur du thème prioritaire de la présidence française en se concentrant sur quatre objectifs: poursuivre l’intégration des normes internationales du travail dans le système multilatéral; encourager l’accès aux systèmes de protection sociale universelle; soutenir les individus face à la transformation numérique et à son impact sur l’avenir du travail; et promouvoir l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Ce programme, qui s’inscrit parfaitement dans l’Agenda du travail décent, offre à l’OIT l’occasion d’établir une collaboration approfondie avec les membres du G7, non seulement en apportant des contributions techniques sur chacun de ces sujets, mais aussi en prenant part aux débats.

Dans le contexte de la priorité accordée par le G7 Social aux changements en cours dans le monde du travail, la France a souligné l’importance du centenaire de l’OIT en saluant le rapport de la Commission mondiale sur l’avenir du travail, intitulé Travailler pour bâtir un avenir meilleur. EIle a aussi mis en évidence le rôle décisif joué par l’OIT dans le débat multilatéral sur la politique économique et sociale, ainsi que l’importance de la nouvelle norme internationale sans précédent adoptée par l’Organisation concernant la violence et le harcèlement dans le monde du travail.

Le communiqué adopté  par les ministres du Travail de l’Emploi à l’occasion de leur rencontre les 6 et 7 juin derniers à Paris reflète les travaux menés par le G7 Social à travers une série d’objectifs ambitieux:

  • un appel à l’action en vue de réduire les inégalités dans une économie mondialisée, notamment un dialogue et une coordination au niveau multilatéral pour la réduction des inégalités et des engagements pour promouvoir la conduite responsable des entreprises dans les chaînes d’approvisionnement mondiales;
  • des engagements en faveur de l’accès universel à la protection sociale dans un monde du travail en mutation;
  • des engagements pour préparer les individus à l’avenir du travail;
  • des engagements pour assurer l’égalité femmes-hommes dans le monde du travail.Le communiqué des ministres et la Déclaration du centenaire de l’OIT ont de nombreux points de convergence forts, qui font apparaître des domaines d’intérêt essentiels pour l’avenir du travail.
Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles