Oumar Sarr, le CCO dénonce la violation de son immunité parlementaire et exige sa libération immédiate et inconditionnelle

L’opposition sénégalaise tient à condamner avec la dernière énergie les agressions qui ont suivi, au Sénégal, la publication d’un article du journal le monde : l’arrestation d’un leader politique en l’occurrence le ministre d’Etat Oumar Sar, Député à l’Assemblée Nationale et Secrétaire général national adjoint du parti démocratique sénégalais et la convocation devant la divisions des investigations criminelles DIC des journalistes du groupe D-Médias dont Madame Ndèye Astou Gueye et messieurs  Pape Besse Diba et Mansour Diop.

« Leur seul tort a été pour Monsieur Oumar, député couvert par l’article 61 de la Constitution dans une période où l’Assemblée Nationale est en session, d’avoir porté la position de son parti sur ce qui apparaît aujourd’hui comme un véritable scandale politique et pour les autres d’avoir fait leur travail consistant à relayer des informations parues dans ‘Le Monde’ » souligne-t-elle dans un communiqué parvenu à lactuacho.com.

« Sur la base de ce qui précède, nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle d’Oumar Sarr et la fin de toutes actions visant des citoyens dans cette affaire notamment les journalistes de D média », a-t-elle ajouté.

Pour rappel, le vendredi 18 décembre dernier, le quotidien français ‘Le monde’ a fait de graves révélations mettant en cause notre compatriote l’ancien Président de l’IAAF mis en examen dans une grave affaire de corruption d’une part et de l’autre, des leaders politiques de l‘ancienne opposition sénégalaise aujourd’hui aux affaires.

Dans ce dossier figurait le nom du président Macky Sall dont la campagne aurait bénéficié de financements de Lamine Diack.

Par ailleurs, l’Opposition sénégalaise estime « qu’il est nécessaire pour le Président de la République de s’adresser aux Sénégalaises et aux Sénégalais pour les édifier sur les accusations formulées à son encontre et, aussi, tout naturellement, leur dire ce qu’il compte faire pour le rétablissement de l’image et la crédibilité aujourd’hui écornées du pays et de ses institutions ».

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles