Le bilan passe maintenant à 54 morts, pourquoi c’est lent…

Où s’arrêtera le bilan de Sunugaaliens morts dans le drame de Mina le 24 septembre dernier ? Après une progression lente du bilan distillé de façon méthodique par la commission médicale du Commissariat général au pèlerinage, voilà que les chiffres gonflent de façon exponentielle.

Selon la cellule de crise et d’appui psychologique des pèlerins sunugaaliens de La Mecque, au nombre de 33 de nos compatriotes déclarés décédés des suites des événements de Mina est venu s’ajouter la confirmation de 21 nouveaux cas de décès.

Ainsi, à la date d’hier, le bilan provisoire s’élève à 54 morts et 14 personnes portées disparues. Il faut aussi noter que la cellule de crise a reçu plus de 4000 appels depuis la mise en place du numéro vert, des appels pour obtenir des informations sur des proches disparus ou pour signaler des disparitions de proches qu’on n’arrive plus à joindre.
Selon nos capteurs au ministère des Affaires étrangères, si les chiffres tombent au compte-goutte et accusent de la lenteur, c’est qu’il faut vérifier, revérifier avant de confirmer chaque décès. Ensuite, il faut informer les familles endeuillées pour qu’elles n’apprennent pas les douloureuses nouvelles à travers les médias.

Ce n’est que par la suite, les chiffres sont perlés au fil des confirmations des décès. Nos capteurs renseignent aussi que d’autres pays enregistrent des bilans très lourds à l’instar du voisin malien qui dénombre plus de 100 morts et plus de 270 disparus ou le Nigeria qui a enregistré plus de 64 morts, sans compter l’Iran qui frôle les 500 morts.

D’ailleurs à propos de l’Iran, il faut noter qu’il accuse l’Arabie Saoudite d’avoir donné un bilan du drame de Mina très en deçà de la réalité et avance le chiffre de 2 000 à 4 000 morts.

Source ‘’Le populaire’’

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles