L’appel lancé par le candidat Karim Wade ou le début du nouvel acte 3 d’une véritable alternance

L’appel lancé par le candidat Karim Wade autour de la coalition Karim Wade président2019 sonne le début de ce nouvel acte 3 d’une véritable alternance démocratique et la balle est dans le camp des leaders politiques de  l’opposition libre à eux d’adhérer ou pas. C’est  vraiment lamentable d’attendre des technocrates des gens sensés réfléchir du comment développer le Sénégal  économiquement et socialement dirent Mr « Karim Wade ne va s’imposer aux sénégalais, nous l’attendons de pied ferme il n’a qu’à venir ».

Ils oublient c’est  le peuple qui réclame le successeur du président Abdoulaye Wade. Les Sénégalais admirent et respectent  le président Wade et nul besoin de raconter sa vision du monde  qu’il a préparé pour  le Sénégal. Quand Macky danse  c’est le président Wade qui lui a préparé  ce monde dans lequel lui et son régime s’éblouissent du miracle que le cerveau peut réaliser.

La politique c’est ça aussi ce n’est pas seulement le folklore et le dénigrement,  c’est une science et quiconque qui détient cette science est capable de réaliser des progrès pour son pays.

Encore une fois il faut avoir cette maîtrise  qui n’est pas à la portée de tout le monde. Tout le monde veut devenir président  au Sénégal ou député ou je ne sais quoi d’autre.

Mais personne ne pose la question pourquoi tous les efforts qu’on met dans la reconstruction d’un pays le Sénégal reste loin d’un pays développé  par rapport à d’autres pays très en avance dans ce domaine.

L’alternance  acte 2  est  une véritable  ratée les principes  auxquelles  les leaders politiques  avaient fait référence pour  conduire cet acte 2 d’une alternance démocratique.

Au fur à  mesure  les Sénégalais  ont vu que c’était  pour  leur propre  intérêt  mais pas pour défendre la démocratie. Cette alternance a été calamiteuse et restera un souvenir lointain le soir du 24 février 2019.

Elle  a  conduit  le Sénégal  dans le mensonge  la corruption la jeunesse est  déboussolée alors que cette alternance se devait une priorité  pour eux pour  en finir définitivement avec ce mal qui gangrène la jeunesse sénégalaise depuis des décennies. Il n’y a eu que du folklore et du cinéma face à cette  jeunesse  désorientée  qui manque de tout c’est  pourquoi  l’acte 3 d’une nouvelle alternance démocratique s’impose.

Du côté du pouvoir ils doivent accepter cette réalité d’être assis sur un siège éjectable  en prenant leur responsabilité et permettre au peuple d’aller librement vers cet acte 3 d’une nouvelle alternance démocratique.

Jon Birahim responsable  Pds France.

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles