L’affaire Yavuz Selim ne faiblit pas Des religieux sénégalais en bouclier contre le retrait de l’autorisation au groupe scolaire turc

Un collectif de religieux du Sénégal composé des différentes confréries, de prêcheurs et de maîtres coraniques invitent l’État sénégalais à revenir sur sa décision de retirer l’autorisation au groupe scolaire turc Yavuz Selim appartenant à l’association de Fethullah Gülen, estimant que ce geste est contraire à l’idéal et à l’esprit sénégalais.

« Les promoteurs de Yavuz Selim ne sont pas des officiels de l’Etat Turc et ne doivent pas être mêlés à quelques contingences que ce soit relevant de cet Etat Turc. C’est pourquoi, le chef de l’Etat du Sénégal ne doit pas tendre une seule oreille et d’écouter également les ayant-droits qui sont à même de s’expliquer L’Etat turc n’a pas implanté d’écoles de ce genre au Sénégal et ne peut, par conséquent, en aucune manière réclamer la fermeture de ces écoles du groupe Yavuz Selim qui appartiennent à des investisseurs privés », a dit l’imam Aliou Sall, membre du Conseil économique, Social et Environnemental (CESE), au cours d’un point de presse.

Le 7 décembre 2016, le Gouvernement sénégalais a décidé du retrait de l’autorisation au groupe scolaire turc inscrit sur la liste terroriste par Ankara. La gestion sera confiée à la fondation publique turque « Maarif ». L’administration de Yavuz Selim à promis d’attaquer en justice cette décision qui lui a été notifiée mi-janvier.
« Nous ne sommes pas des activistes et nous allons adopter la stratégie de nos anciens pour travailler dans la diplomatie comme ils ont réussi l’Islam dans la diplomatie sans avoir à faire la guerre sainte militairement parlant. Ils ont mené une guerre des consciences qu’ils ont gagnée. Nous sommes ici pour des principes et une démarche qui a été adoptée par tous les érudits qui ont fait de l’islam du Sénégal ce qu’il est devenu aujourd’hui’’, a soutenu Serigne Cheikh Tidiane Sy, fils du porte-parole du Khalife général des Tidianes, qui représentatives confréries musulmanes.

Source Apa

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles