La relation entre les deux sœurs vire au vinaigre, l’affaire atterrit en justice

Les liens sanguins ne pèsent souvent pas lourd devant certaines animosités. Deux sœurs germaines se sont présentées hier devant la barre du tribunal des flagrants délits. Car l’aînée a porté plainte contre sa sœur cadette.

Cette dernière lui a versé le contenu d’un fourneau rempli de tisons incandescents. Elles habitent le même immeuble. La plus jeune au rez-de-chaussée ; une autre sœur au premier ; et l’aînée au troisième étage. Malgré cette proximité, leurs relations se sont détériorées depuis belle lurette, et se résument en invectives et autres quolibets. Chacune reste dans son coin.

Récemment, S. Ndiaye a décidé de construire un mur dans la cour pour se prémunir contre les voleurs qui leur ont déjà rendu visite. Seulement, cette entreprise n’a pas été du goût de sa grande sœur qui estime que cela va assombrir la bâtisse.

Ce faisant, elle a envoyé une tierce personne dire à sa frangine qu’elle est contre. Mais sa petite sœur a persisté dans son idée de se protéger contre les voleurs. Ainsi, selon la plaignante, le 22 août dernier, lorsqu’elle est descendue de sa voiture, elle a vu sa sœur qui l’attendait de pied ferme. Une dispute a éclaté et cette dernière lui a versé le contenu du fourneau qui se trouvait à côté.

Les voisins ont réagi promptement pour les séparer. La partie civile a été gravement blessée à la poitrine et à l’épaule gauche. Devant la barre, elle a confié que le fourneau a atterri sur son visage lui causant une douleur persistante et une inflammation de la joue.

‘’Bien avant notre dispute, elle n’a cessé de me provoquer. Je me réveillais et constatais que les pneus de ma voiture etaient troués. L’autre fois, ce sont ses enfants qui ont cassé le pare-brise de cette même voiture ; c’est pourquoi je n’ai pas hésité à saisir la justice’’, a-t-elle tonné à la barre.

La prévenue a contesté ces propos. Seynabou Ndiaye a déclaré qu’elle n’a jamais versé le contenu du fourneau sur sa sœur,  mais qu’elles sont tombées toutes deux sur le fourneau. Que sa sœur en a retiré des brûlures. Elle a ajouté que c’est la bonne qui était en train d’allumer le fourneau et non elle. Seynabou s’est aussi lâchée sur sa sœur qu’elle a qualifiée d’invivable.

‘’Si ma mère a rendu l’âme, c’est à cause du stress causé par ma grande sœur qui s’est chamaillée avec tous ses frères et sœurs’’, a-t-elle confié en pleurs. Pire, sa sœur aurait envoyé ses enfants dans son appartement après l’affaire pour qu’ils la bastonnent.

Finalement, sous le coup de l’émotion, la partie civile a dit qu’elle renonçait à sa plainte. N’empêche que les deux protagonistes ont été copieusement sermonnées par le juge. Qui a condamné la prévenue à payer la somme de 100 000 F.

Source ‘’Enquête’’

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles