La polygamie vire au drame : La première femme ébouillante son mari avec de l’amidon mélangé à du piment

Certes certaines situations sont frustrantes, voire même injustes pour les ‘’Awoo’’ (premières épouses) dans les mariages polygames. Mais quand même la réaction de la dame M. Bâ a été disproportionnelle et presque sadique.  L’histoire s’est déroulée dans la localité de Ndieng Diaw, située dans le département de Kébémer.

Son mariage avec Moussa Sow qui a duré 10 ans, n’avait pas connu le bonheur de compter en son sein des chérubins. Pour qui sait combien en Afrique la naissance dans un couple est importante, cela se traduit souvent par une autre entrée dans les mariages polygames. C’est ce que son mari, Moussa  a fait en prenant une niarél (deuxième épouse).

Et ce fut le début des problèmes, car la nouvelle épouse, elle, n’a pas mis du temps à mettre au monde son premier enfant, au bout d’un an.

Au lieu de semer le bonheur dans le foyer, la naissance de ce bébé sonnait comme le début d’une impartialité (pourtant condamnée par l’islam) dans cette famile.

Selon M.Ba, son mari favorisait sa deuxième femme, de telle sorte qu’elle a été obligée de réclamer son tour (ses jours de foyer) à son mari.

Une vive dispute s’en est suivie et les mots fatidiques pour le mariage sortirent de la bouche du sieur M. Sow qui répudie sa femme M. Bâ.

La vengeance est un plat qui se mange froid dit l’adage, mais pour M. Bâ, c’est plutôt le contraire : « La vengeance est un plat qui se mange chaud, amidonné et pimenté », s’est-elle peut-être dit intérieurement, à en juger par les faits.

Car le matin du drame, ce sont les cris de son ex-mari sur qui elle avait déversé son contenu  amidonné, chaud et pimenté qui ont réveillé le voisinage.

Comme pour illustrer ce disent les mauvaises langues, « une vraie guerre doit avoir une saveur mondiale », elle mettra ensuite le feu à la chambre de la seconde épouse.

L’affaire a atterri à la gendarmerie en attendant le tribunal. La dame inculpée pour coups et blessures volontaires a été placée en garde à vue.

Lactuacho.com avec ‘’L’observateur’’

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles