La migration clandestine: le scandale du vingt et unième siècle

Le monde, tel qu’il est actuellement, doit nous inciter, à nous interroger sur le devenir de l’espèce humaine. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une tragédie d’une ampleur inouïe: la crise migratoire.

On ne peut dire avec certitude le nombre de personnes victimes de la migration clandestine. Les statistiques données ça et là  ne reflètent certainement pas la réalité. Car les années passent et on constate que les efforts consentis pour stopper ce drame sont loin de limiter les dégâts.

Au contraire, le nombre de migrants clandestins ne cesse de flamber,  à cause notamment, du laxisme des dirigeants africains qui n’ont concrètement rien fait ou presque pour maintenir sur place les jeunes de leurs pays . Il y a également les agissements meurtriers de Daech au moyen orient.

Cette organisation terroriste d’une violence sans égale, pousse des milliers de personnes à fuir cette partie du globe pour se réfugier en Europe, avec comme moyen de transport des pirogues de fortune, qui peuvent à peine résister à la furie des eaux de la Méditerranée, leur passoire favorite.

Selon Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’œuvre d’orient  » des centaines de migrants moyen orientaux  meurent en mer  chaque mois « . Ce chiffre terrifiant qui n’est qu’une petite estimation, vient ainsi alourdir le nombre de migrants clandestins en Méditerranée, si l’on tient compte des victimes africaines qui elles aussi se comptent par centaines.

La mer Méditerranée est devenue aujourd’hui  un cimetière marin sous la barbe de la communauté internationale qui semble impuissante face à l’ampleur de cette tragédie.

Cette situation fait honte à  l’humanité toute entière, parce que des solutions pour combattre ce « fléau » ne manquent certainement pas.  Mais on préfère, comme en Afrique, tergiverser, tant que cela n’affecte pas directement la survie de nos gouvernements.

Jean Nzalé

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles