La loi sur le parrainage, pas un bon exemple pour la démocratie sénégalaise

La loi sur le parrainage doit être combattue car le peuple souverain refuse le « bidouillage » de la constitution et ne veut pas que cette loi passe aux forceps.

Maintenant on peut comprendre dans un pays de 15 millions d’habitants le nombre important de parti qui annonce leur participation à l’élection présidentielle puisse être un casse-tête constitutionnel, mais en aucun cas prendre comme prétexte ce fait pour proposer un « bidouillage » constitutionnel.

Si le pouvoir trouve l’idée discutable autour d’une table il doit aussi éviter de jouer à la loi du plus fort avec la constitution.

L’application de cette loi est un danger dans tous les cas, elle est anticonstitutionnelle. Une élection présidentielle doit être libre, le candidat qui présente un bon programme et qui réussit à faire adhérer le peuple derrière son parti sera élu.

C’est le cas pour le parti au pouvoir en 2012  Macky Sall a été élu dans ce cas de figure et le président Wade s’est retiré.

C’est là le sens d’une démocratie exemplaire, une  leçon à donner aux sénégalais et au reste du monde.

 Jon Birahim

Cadre-Libéral Paris

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles