La Gambie mise sur le tourisme pour relancer son économie

Après une alternance politique difficile, précédée de plusieurs années de gouvernance autoritaire, les nouvelles autorités de la Gambie ambitionnent de donner un souffle nouveau à l’économie du pays, avec comme priorité de faire du tourisme un levier important du développement du pays. Un pari difficile mais réalisable au vu du potentiel touristique de la Gambie.

Avec quelque 150.000 touristes par an, bien loin derrière le voisin sénégalais qui enregistre chaque année le million de visiteurs, la Gambie demeure tout de même un des pôles touristiques les plus importants de l’Afrique de l’Ouest. Plages au sable fin, paysages magnifiques, mais aussi une merveilleuse histoire coloniale à raconter, ce petit pays (11 300 km2) de près d’environ 1.991.000 habitants a tout pour séduire les touristes. De Serekunda en passant par Kotu, Bjilio, Fajara, Bakau, Brufut, l’île James… un séjour touristique dans le pays nous réserve bien de surprises agréables avec un soleil au rendez-vous plusieurs mois d’année.

C’est donc sans surprise que les nouvelles autorités misent sur ce secteur et l’ensemble des services qui y sont liés pour relancer son économie. Il faut dire que depuis les années 60 que la Gambie s’est démarquée comme une destination prisée par les touristes, notamment venant de l’Europe. Sur ce plan, le pays est plutôt une aubaine, car se situant à moins de 3 heures de vols de certaines capitales européennes. Selon Guillaume Pepin, Directeur Afrique de l’Ouest de la plateforme de voyage Jumia Travel,

« Avec sa stabilité actuelle, la Gambie connaît un retour important de touristes européens qui avaient quelque peu déserté la destination. C’est un nouveau visage qui séduit, et les autorités qui ambitionnent de faire de ce secteur un levier de croissance économique doivent en profiter en mettant l’accent sur la promotion de ses atouts touristiques.

La Gambie a également l’avantage d’être pour certains un prolongement du Sénégal, donc elle devrait profiter de ce positionnement pour attirer également les touristes venant au Sénégal pour une continuité de l’offre, car ces deux pays ont beaucoup de choses en commun».

Selon le ministère gambien du tourisme, le secteur emploie environ 10.000 personnes et représente plus de 15% du Produit intérieur brut (PIB) du pays. Un taux bien au-dessus de celui de plusieurs pays africains.

Pour attirer davantage de visiteurs et hisser le tourisme au rang de moteurs de l’économie, de nombreux défis doivent être relevés.

Tout d’abord, côté image. Malgré son énorme potentiel et son histoire coloniale, l’image du pays, en la matière, est plutôt salie par un tourisme sexuel qui s’est développé dans de nombreux sites touristiques de la Gambie, ce qui représente un défi majeur à surmonter. Il est important pour les autorités de prendre des dispositions pour que le pays puisse jouir d’une image reluisante, car le développement du tourisme est avant tout une question d’images.

Il y a également le défi des infrastructures. A l’instar de nombreux pays africains qui ont traversé de nombreux tumultes, engendrés par des dictatures, tout reste à construire. La Gambie, est considérée comme l’un des pays les plus pauvres du continent où de nombreuses infrastructures de base sont souvent absentes dans de grands centres urbains. Mais impossible ne semble pas être le nouveau langage des autorités gambiennes.
@Ismael Cabral Kambell

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles