La Diva Coumba Gawlo, reine d’ici et d’ailleurs !

Au Sénégal, on a souvent tendance à stigmatiser nos héros, plutôt que de les célébrer. Des citoyens exemplaires qui ont contribué à polir l’image du pays reçoivent rarement des satisfecit, et quoique leurs œuvres participent à redorer l’image de notre nation, ils récoltent rarement les honneurs et subissent souvent un lynchage surtout quand leurs noms, malheureusement, sont mêlés à des faits divers.

Personnellement, j’ai été sidéré, choqué et déçu, parcourant la presse en ligne, de voir des internautes jeter en pâture l’héroïne de la musique sénégalaise, l’ambassadrice de la femme sénégalaise, entreprenante et battante, l’icône de l’émancipation et la protectrice attitrée des enfants et des femmes.

La seule femme, disque d’or sénégalais et de platine, deux fois lauréate des Kora Awards, nous a plus habitués à des prouesses internationales et exploits professionnels qu’à des pratiques répréhensibles.
Consciente de son statut et tenant à son image et sa crédibilité, comme à la prunelle de ses yeux, la Diva s’est forgée une réputation irréprochable qui eu le don de charmer les grands de ce monde. Comme en témoigne ses excellentes relations avec des décideurs politiques au plus haut niveau et d’horizons divers et d’éminents membres du corps diplomatique, qui apprécient à leur juste valeur son vécu et sa trajectoire.

Partie de rien, la fille de feu Laye Bamba a acquis ses lettres de noblesse dans la rigueur et le polissage du profil de sa carrière. Si elle étonne au pays, pour son dynamisme et le professionnalisme arrimé à sa touche authentique de Gawlo, sur l’international , son talent cache mal le fort caractère et la mission qu’elle s’est faite, d’être une référence et un modèle, un symbole de la femme africaine émergente, un leader tout court.

Ambassadrice de bonne volonté de plusieurs organismes internationaux, notamment des Nations Unies, la marraine de l’association « Lumière pour l’Enfance Coumba Gawlo » n’a pas été ciblée rien que pour sa noirceur d’ébène ou sa voix captivante. C’est au sortir de castings éprouvants, d’enquêtes de moralité poussées, d’entretiens et confrontations outillés, qu’elle s’est hissée dans le cercle des grandes Dames du continent, sans jamais baisser la face.

Si elle trône fièrement au buffet des Premières Dames d’Afrique, Coumba Gawlo le doit à son cursus sans faute, sa forte ambition pour son pays et pour l’Afrique, l’exemple qu’elle constitue dans le combat contre la fatalité et les préjugés qui ont toujours constitué des freins pour l’émergence du leadership féminin.

La première sénégalaise, artiste patronne de presse, ne dort pas pour autant sur ses lauriers. Avec de fortes ambitions et une morale à toutes épreuves, la promotrice de FEM FM continue d’étonner, même quand durant les épreuves, digne et fière, elle éprouve sa foi et garde le cap vers son destin.

L’étoile de la Diva ne pâlira point ! Elle demeure reine chez elle et ailleurs!

Mame Malick Sène : Analyste, spécialisé en droit social
Yoff Tonghor / Dakar

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles