La commission de la CEDEAO et la CEA pour une coopération plus dynamique entre leurs deux institutions

S’entretenant, le vendredi 11 novembre 2016, à Abuja, au Nigéria, avec le directeur du Bureau sous régional pour l’Afrique de l’Ouest de la CEA, Dr Dimitri Sanga, M. de Souza a insisté sur l’intérêt des deux organisations à donner un nouveau souffle à leurs relations.

D’après le communiqué parvenu à lactuacho.com, il a informé son hôte des domaines prioritaires dans lesquels son institution souhaiterait voir raviver ces relations, à savoir : la marche vers la création de la monnaie unique de l’espace communautaire, le renforcement des capacités du personnel aussi bien à la Commission que dans les Etats membres de la Cedeao, ainsi que le suivi-évaluation des projets régionaux.

Pour sa part, Dr Dimitri Sanga a félicité Marcel de Souza pour sa nomination à la tête de la Commission, et a réaffirmé sa disponibilité à œuvrer inlassablement pour le renforcement de la coopération entre la CEA et la Cedeao.

Selon toujours le document, il a par ailleurs rappelé la nécessité de la signature d’un nouveau Mémorandum d’entente de coopération entre son Bureau et la Commission de la Cedeao ; rappelant au passage qu’un premier mémorandum d’entente avait déjà été signé entre les deux institutions en août 2007.

Après la délégation de la CEA, le président de la Commission s’était entretenu avec celle de l’Association des banques de l’Afrique de l’Ouest (ABAO), conduite par son président, Ifeanyichukwu Nwade.

Nwade a sollicité l’intervention du président de la Commission de la Cedeao auprès des dirigeants de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) en vue du retour des banques de cette Union au sein de l’ABAO.

Marcel de Souza s’est engagé dans ce sens, tout en plaidant pour le soutien des banques ouest-africaines dans la création de la monnaie unique de la Cedeao, nous indique le communiqué..

De Souza et Nwade ont en outre discuté des principaux critères de convergence de création de ladite monnaie. Il s’agit, ont-ils dit, de limiter le déficit budgétaire à 3% au plan régional et le taux d’inflation à 5% en 2019 dans l’espace communautaire. D’autres critères, ont-ils fait comprendre, ont trait au taux de change nominal de la Cedeao par rapport à la fluctuation qui ne doit pas dépasser 5% et l’obligation pour les pays ouest-africains de disposer d’une réserve de change couvrant trois mois d’importation.

Les questions financières étaient également au menu des échanges entre le directeur exécutif de Guaranty Trust Bank du Nigeria, Haruna Musa, et le chef de l’organe exécutif de la Cedeao.

Musa a informé Marcel de Souza de la possibilité pour le personnel de la Commission de la Cedeao de bénéficier de prêts bancaires à des taux préférentiels et d’avance sur salaire auprès de Guaranty Trust Bank du Nigeria.

Le président de la Commission a également reçu en audience le représentant du Centre Martti Ahtisaari, l’ambassadeur Ki Doulaye Corentin.

L’entretien entre les deux personnalités a porté sur l’appui de ce Centre à la réalisation d’un manuel de procédure pour la médiation au profit de la Commission de la Cedeao.

Marcel de Souza a souhaité que ledit manuel s’inspire de celui de l’Union africaine d’une part, et qu’il soit simple, clair, bien codifié d’autre part.

L’ambassadeur de la Sierra Leone près la Cedeao, Haja Afsatu Olayinka Ebishola Kabba, était aussi au cabinet du président de la Commission.

Marcel de Souza et Mme Kabba ont discuté de la lutte contre le chômage des jeunes, de la situation post Ebola ainsi que de l’appui que la Commission de la Cedeao pourrait apporter au secteur privé et aux femmes en Sierra Leone.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles