La CEDEAO et l’Espagne vers le renforcement de leurs relations d’amitié et de coopération jugées déjà fructueuses

Communiqué Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Marcel de Souza, a loué l’excellente qualité des relations entre l’organisation régionale et l’Espagne.

« Nous apprécions fortement la qualité de nos relations qui doivent aller en s’améliorant », a-t-il déclaré à l’occasion de la visite effectuée, le lundi 20 février 2017, au siège de ladite Commission à Abuja, au Nigeria, par le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères de l’Espagne, Ildefonso Castro.

de Souza a exprimé toute sa gratitude à l’Espagne pour son appui constant à la Cedeao dans la mise en œuvre de son programme de migration et de développement, de sa Politique  agricole (ECOWAP), du renforcement de ses capacités institutionnelles, ainsi que du développement de ses infrastructures et énergies renouvelables.

Il a également salué le soutien de l’Espagne dans le domaine du maintien de la stabilité et de la paix au niveau régional, faisant au passage à son hôte le point sur la situation politique et sécuritaire dans certains Etats membres de la Cedeao, notamment la Guinée Bissau, la Gambie, le Nigeria et le Mali.

A propos du Mali, il a déploré les exactions fréquentes commises par les djihadistes et annoncé la tenue prochaine d’un forum sur la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest, avec pour but de réfléchir sur la stratégie régionale à même d’imposer la paix dans le nord de ce pays. Les résultats de cette rencontre, a-t-il fait savoir, devraient permettre d’anticiper les répercussions en Afrique de l’Ouest de la guerre en Libye, au Soudan, en Syrie et en Irak.

de Souza a également abordé avec le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères de l’Espagne, Ildefonso Castro, la question de l’immigration clandestine de jeunes ouest-africains vers l’Europe. Le président de la Commission de la Cedeao a déploré la mauvaise campagne menée en Europe sur le nombre de ces jeunes qui se rendent illégalement dans les pays européens. Selon lui, sur 100 ouest-africains candidats à l’immigration dans le monde, seuls 15% vont en Europe.

Il a indiqué les raisons qui sous-tendent l’immigration des jeunes ouest-africains vers l’Europe, notamment la pauvreté et le chômage, auxquels l’Afrique et l’Europe devraient conjointement trouver des solutions, a-t-il recommandé.

Il a invité les pays européens en général, et l’Espagne en particulier, à appuyer financièrement la mise en œuvre de projets et  programmes de développement au profit des jeunes ouest-africains, afin de les inciter à rester dans leurs pays, plutôt que de prendre le chemin périlleux de l’exil à la recherche de l’eldorado.

Pour le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères de l’Espagne, la lutte contre l’immigration clandestine des jeunes ouest-africains vers le vieux continent passe par le développement des pays africains.

Ildefonso Castro a réaffirmé la disponibilité de l’Espagne à œuvrer pour le renforcement de la coopération entre son pays et la Cedeao, et promis de soutenir l’Afrique de l’Ouest dans ses efforts de paix, d’intégration régionale et de développement économique.

Il a particulièrement salué le rôle clé joué par l’organisation régionale ouest-africaine pour la résolution pacifique de la crise politique en Gambie, la stabilité en Guinée Bissau et le rétablissement de la paix au Mali. Il a réitéré l’engagement de l’Espagne à poursuivre son soutien au gouvernement malien dans sa lutte contre le terrorisme et les djihadistes.

Il a souhaité le renforcement de la coopération entre son pays et la Cedeao dans la lutte contre l’extrémisme violent et la sécurité maritime.

Tout en saluant l’idée du président de la Commission de la tenue d’un nouveau sommet Cedeao-Espagne d’ici à la fin de l’année 2017 pour impulser une nouvelle dynamique à la coopération entre les deux parties, Ildefonso Castro a toutefois indiqué les contraintes liées à son organisation.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles