La CEDEAO entame une Campagne de Plaidoyer et de Sensibilisation sur la carte ENBIC et la Lutte contre la traite des personnes

Les directions de la libre circulation et de l’action humanitaire de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont lancé une campagne de sensibilisation et de sensibilisation de quatre jours à Lagos, au Nigéria, sur la carte d’identité biométrique nationale de la CEDEAO, (ENBIC) et la lutte contre la traite des personnes dans la région.

La campagne qui s’inscrit dans le cadre du projet CEDEAO-Union européenne «Appui à la libre circulation des personnes et des migrations (FMM) en Afrique de l’Ouest» et en collaboration avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Service d’immigration du Nigéria (NIS) et l’Agence nationale nigériane pour l’interdiction de la traite des personnes (NAPTIP) comprend des programmes de sensibilisation au Bénin et au Togo.

Ces programme  visent à sensibiliser les citoyens de la communauté à l’ENBIC et à son rôle dans la facilitation de la libre circulation des personnes, des biens et des services., tout comme la lutte contre la traite des personnes dans la région.

L’ENBIC a été adopté comme document de voyage valide par les États membres de la CEDEAO et servira à améliorer la gestion des données aux frontières de la CEDEAO, réduisant ainsi les migrations clandestines et offrant une région plus sûre.

Lors d’une table ronde, Albert Siaw-Boateng, Directeur de la Commission pour la liberté de circulation, s’adressant aux chauffeurs de l’Association des employeurs des transports routiers du Nigéria, a déclaré que l’ENBIC était un instrument essentiel pour la réalisation d’une communauté sans frontières, nous informe un communiqué parvenu à www.lactuacho.com.

Le directeur a indiqué que jusqu’à présent, le réseau ENBIC avait été déployé au Ghana, au Sénégal et en Guinée-Bissau, le Nigéria et le Bénin devant bientôt suivre.

S’adressant également aux participants à la réunion, Frantz Celestin, chef de mission de l’OIM au Nigéria, a souligné l’importance de la campagne de sensibilisation et de sensibilisation auprès des citoyens.

Le chef de l’OIM a souligné qu’une partie de son mandat consistait à promouvoir et à assurer une migration ordonnée et humaine. «Les trafics d’êtres humains et le trafic de migrants se produisant aux frontières et dans les parcs automobiles, les transporteurs et les conducteurs peuvent jouer un rôle central en veillant à ce que tous les passagers soient en possession de documents de voyage valables et prennent les mesures nécessaires pour signaler les cas de traite et de trafic clandestins» , il a dit.

 

Ainsi, le contrôleur général adjoint des NEI, Mohammed Alfa, et la directrice générale de la NAPTIP, Julie Okah-Donli, qui assistaient également à la réunion, ont fourni aux transporteurs des numéros de téléphone pour les lignes d’assistance afin de signaler les incidents.

S’exprimant au nom des transporteurs, Henry Oyinlola a appelé à une synergie et une coopération accrues entre les agences de sécurité et les chauffeurs, en mettant l’accent sur le partage d’informations. Il a toutefois remercié la Commission de la CEDEAO et ses partenaires pour cette initiative.

Siga Fatima Jagne, Commissaire aux affaires sociales et au genre de la Commission de la CEDEAO, précédée de la remise des documents publicitaires aux transporteurs, a également dévoilé la bannière ENBIC au Mile 2, dans l’État de Lagos.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles