La CBAO sur la pente raide ? Un climat délétère s’y serait installé

Un climat délétère règne au sein de la Cbao Attijariwafa Bank depuis quelque temps. Selon nos sources, les délégués syndicaux de la banque sont en tournée à l’intérieur du pays, notamment à Tambacounda, Kédougou et Kidira pour recueillir les avis et doléances des travailleurs.

Mais, le constat est que certains travailleurs de la Banque n’ont plus le coeur à l’ouvrage à cause de l’atmosphère qui prévaut dans la boîte où la colonie marocaine drivée par le Directeur général a fini de mettre l’entreprise à genoux. Nos sources renseignent d’ailleurs qu’après la tournée, une réunion sera tenue entre les délégués et la direction.

Une rencontre qui risque d’être houleuse dans la mesure où l’état de frustration des travailleurs a atteint le sommet. Selon nos interlocuteurs, les agents n’ont plus la possibilité d’avoir des prêts parce que la Cbao a dépassé la limite fixée par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), qui est 20% pour le crédit du personnel. L’institution de prévention maladie (Ipm) est aussi déficitaire, selon eux.

Ce qui fait qu’on ponctionne maintenant 2.500f sur chaque travailleur pour combler le gap. Pourtant, d’après nos sources le produit net bancaire a doublé, c’est-à-dire que les travailleurs ont fait un bon travail. Seulement, tout cela est englouti par les charges lourdes que la direction fait supporter à la banque avec de nouvelles recrues grassement, payées. Ce qui fait qu’il n’y a pas espoir pour les travailleurs cette année de percevoir la prime d’intéressement qu’ils avaient acquise.
Restons toujours à la Cbao pour dire que ça va chauffer dans les prochains jours et que les travailleurs pourraient même réclamer le départ du Directeur Général qu’ils accusent d’être à l’origine de cette situation. Les nombreux départs de cadres de la banque, d’après nos sources, renseignent sur la mauvaise ambiance qui y règne.

Pape Demba Sy, responsable des grandes entreprises, Mohamed Wilson, Mamadou Bessane, Anta Diop, Abass Aïdara ont tous claqué la porte, dit-on. Aussi, on reproche au Directeur général d’avoir affecté des cadres sénégalais pour les remplacer par des Marocains. Par exemple, le directeur du Crédit, Mactar Cissé est remplacé par un Marocain , ainsi que Anta Dioum.

Dans les prochains jours, nos sources renseignent que si les administrateurs n’interviennent pas la Cbao risque de couler tant le malaise est profond. Nous avons tenté en vain d’entrer en contact avec la direction générale.

Source  »L’As »

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles