La bourde musclée et gravissime du premier ministre Boun Abdallah Dionne après la manifestation dispersée

Si cela se passait dans un État de droit le ministre de l’intérieur responsable de la sécurité et du bien public serait immédiatement démis de ses fonctions.

Ne pas baisser regard après ces images d’élèves dans une école, les larmes aux yeux, victimes collatéraux des grenades lacrymogènes utilisées par la police pour disperser l’engagement patriotique de quelques leaders politiques qui manifestaient  pour déposer un mémorandum au siège du ministère de l’intérieur.

Le premier ministre Boun Abdallah Dionne qui tente de sauver la tête de son gouvernement en faisant aussitôt une sortie, dans un discours incitant à la répression policière et à l’utilisation de la force, a commis une bourde gravissime déterminant l’État dictatorial à laquelle on voudrait habituer le peuple à vivre comme des moutons parquets dans un enclos.

La rigueur n’exclut pas le respect et les droits des citoyens,  ce n’est pas inscrit dans la constitution. Il fallait tout bonnement au préfet, délivrer une autorisation, s’il le faut choisir l’itinéraire en délimitant certains accès .Et même cela c’est une violation des droits et libertés de mouvement des personnes si elle n’est pas inscrite dans la constitution.

Les forces de l’ordre ont un rôle de maintien de l’ordre et d’encadrement dans les manifestations en cas de troubles intentionnels provoqués par des individus cagoulés, sous l’anonymat. Parmi les leaders politiques qui manifestaient, aucun n’a porté une cagoule sur la tête .Ce à quoi les Sénégalais ont assisté ressemble beaucoup plus à une répression policière sur la population.

Le gouvernement devait tenir un discours humaniste, les victimes des gaz lacrymogènes pour la plupart sont des enfants. Ces images d’élèves dans une école les larmes aux yeux provoquées par les lacrymogènes de la police font le tour des réseaux sociaux. Et elles suffisent pour comprendre la mission du ministre de l’intérieur Aly Ngouille Ndiaye est réellement compromise sur tous les plans.

Jon Birahim

Cadre-Liberal Paris.

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles