La Banque Mondiale accorde plus 55,5 milliards FCFA au Sénégal : objectif, placer les municipalités aux manettes du développement

La Banque mondiale a approuvé, le 30 janvier dernier,  un crédit de plus de 55,5 milliards FCFA (soit 110 millions de dollars de l’IDA) en faveur du Sénégal, qui permettra d’améliorer radicalement la gouvernance et l’efficacité des services publics au niveau local.

L’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque mondiale fondée en 1960, accorde des dons et des crédits à faibles intérêts ou sans intérêts aux pays les plus pauvres afin de les aider à mettre en œuvre des programmes qui stimulent la croissance économique, contribuent à la réduction de la pauvreté et améliorent les conditions de vie des pauvres.

Le communiqué de la banque mondiale parvenu à www.lactuacho.com indique que le premier objectif du Programme d’appui aux communes et aux agglomérations est d’améliorer les finances locales en augmentant les dotations de l’État aux collectivités locales, en introduisant des critères d’allocation objectifs et équitables, et en renforçant les capacités des municipalités afin qu’elles soient en mesure de développer leurs recettes propres.

Le programme vise en second lieu à rationaliser la gestion des investissements publics au niveau d’un certain nombre de collectivités urbaines afin d’améliorer les services à la population.

« La Banque mondiale va accompagner les efforts déployés par les autorités en vue d’engager une transformation qui placera les municipalités aux manettes du développement, explique Louise Cord, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal. Le nouveau programme devrait aboutir en cinq ans à une hausse remarquable des infrastructures de services publics municipales et redynamiser, au niveau national, le processus de décentralisation budgétaire et administratif, conformément aux objectifs de l’Acte III de la décentralisation. »

« Le programme s’attachera à améliorer considérablement les ressources financières dont disposent les collectivités locales et à mettre en place les mécanismes d’incitation et de soutien nécessaires pour accroître leur performance. Il permettra ainsi de renforcer le rôle de premier rang que sont appelées à jouer les municipalités pour mener à bien le développement local et répondre aux besoins de leurs administrés », soulignent Salim Rouhana et Bronwyn Grieve, chefs d’équipe du programme à la Banque mondiale. L’opération bénéficiera d’un cofinancement de 80 millions d’euros de l’Agence française de développement (AFD).

Le document rappelle que ce nouveau crédit a été approuvé à la veille de l’arrivée à Dakar du président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim. Cette visite de trois jours, entreprise conjointement avec celle du président de la République française Emmanuel Macron, s’inscrit dans la continuité du One Planet Summit coorganisé par la France et le Groupe de la Banque mondiale à Paris au mois de décembre 2017. Durant son séjour au Sénégal, Jim Yong Kim s’entretiendra avec le président de la République du Sénégal Macky Sall.

L’IDA est l’un des principaux bailleurs d’aide aux 75 pays les plus déshérités du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA bénéficient concrètement à 1,5 milliard de personnes vivant dans les pays qui bénéficient de ses concours. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 113 pays. Le volume annuel de ses engagements a représenté en moyenne 18 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 54 % de ce montant environ étant destiné à l’Afrique.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles