Kaolack/Lutte contre la rage Une cinquantaine de chiens-errants abattue

Le service régional de l’Elevage de Kaolack  a annoncé avoir procédé mardi à l’abattage de 56 chiens errants qui représentaient « de graves dangers’’ pour les populations locales. 

Cette opération s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la rage et le phénomène des chiens errants.

Les chiens abattus ont été ensuite « incinérés et enterrés pour éliminer toute source de prolifération de la maladie chez les sujets malades », a précisé Serigne Modou Tambédou, agent technique au service régional de l’Elevage de Kaolack.

Il a fait savoir que l’option d’incinérer les chiens abattus répondait à des mesures visant à prévenir la propagation du virus de la rage, une maladie potentiellement mortelle.

De plus, « ces chiens errants dans les lieux publics font courir de graves dangers aux populations de Kaolack », au point de devenir « dans certaines localités de la région une véritable psychose », a-t-il indiqué.

Tambédou a rappelé que la rage est une maladie transmissible de l’animal à l’homme ou de l’homme atteint à l’animal. Et « le comble, a-t-il dit, c’et qu’une fois cette maladie déclarée chez un sujet, elle laisse toujours des séquelles physiques ».

Dans le cadre de la lutte contre la rage, a-t-il poursuivi, « nous avons entrepris des opérations de prévention qui consistent à réduire la population des chiens errants, des sujets malades mais aussi en sensibilisant les propriétaires de chiens sur l’utilité de vacciner leurs animaux ».

En général, « les propriétaires de ces animaux ignorent souvent comment élever leurs chiens », ou alors « les élèvent sans prendre les mesures nécessaires, sans aucun soin, sans déparasitage et sans traitement sanitaire », a fait valoir Serigne Modou Tambédou.

« ’Le service de l’élevage a constaté dernièrement des cas de rage confirmés chez les ânes et les chevaux dans la région », a-t-il signalé, d’où la décision de procéder à l’incinération des chiens abattus.

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles