Justice Les Chambres africaines extraordinaires confirment, Habré sera emprisonné à vie

Les Chambres africaines extraordinaires (CAE) ont confirmé jeudi la condamnation de l’ex-président tchadien Hissène Habré à la prison à vie. Le verdict donné de ce procès en appel confirme le jugement rendu en première instance le 30 mai 2016, lequel condamnait M. Habré à la prison à vie pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes de torture.

En juillet 2016, l’ex-président tchadien avait également été condamné par les CAE à payer entre 10 et 20 millions de francs CFA à chacun des quelque 8.600 plaignants.

Il est reconnu coupable de crimes contre l’humanité, de torture et de viols lorsqu’il dirigeait son pays, entre 1982 et 1990. Hissène Habré était jugé depuis juillet 2015 par les CAE, une juridiction spéciale à caractère international créée en février 2013 dans le cadre d’un accord entre l’Union africaine et le Sénégal.

Mais, ce jeudi, la chambre qui a prononcé le verdict l’a acquitté des accusations de viol, selon Marcel Mendy, le responsable de la communication du tribunal spécial.
L’ex-président doit verser à ses victimes 82 milliards de francs CFA en vue de leur indemnisation, a dit M. Mendy.

« Le tribunal a ordonné la confiscation de ses biens, dont une maison située aux Almadies », un quartier de Dakar, a-t-il ajouté dans un entretien téléphonique avec l’APS.

M. Habré réfute les accusations portées contre lui et a choisi d’observer le silence devant une juridiction qu’il récuse depuis le début du procès.

Le verdict rendu ce jeudi met fin à une procédure menée pendant 17 ans par des plaignants et des associations de défense des droits de l’homme.

Le procès de l’ancien président âgé de 74 ans est historique dans la mesure où c’est la première fois qu’un ex-chef d’Etat africain est jugé en Afrique pour des crimes commis durant l’exercice de ses fonctions.

Source APS

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles