Justice La réforme de la CREI se précise

La Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) va finalement être réformée, après avoir fait 13 victimes, nous dit Sud Quotidien.

Oui, victimes parce que depuis longtemps, elle est considérée par ses détracteurs comme une juridiction qui ne garantit nullement l’observance des règles essentielles d’un procès juste et équitable. Car pour eux, elle se positionne surtout en instrument de justice politique pour neutraliser des adversaires.

Le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Sidiki Kaba, vient de confirmer les propos tenus par le chef de l’Etat, Macky Sall, à diverses occasions (ouverture des Cours et tribunaux, ITW accordée à I-télé), ainsi que l’annonce faite par l’ancienne Premier ministre, Aminata Touré.

C’est pourquoi nos confrères titrent à la une de leur journal, « Réforme de la CREI : l’état rend les armes ! »

Cette décision de l’Etat rejoint à bien des égards les soucis exprimés par nombre des détracteurs de cette Cour, à l’image des «Droits de l’hommistes», des avocats et politiques, et même certaines plumes.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles