Justice : 13 ans après la plainte de Mayoro Mbaye, le milliardaire Alioune Ndiaye, enfin devant le juge ce 2 juin

C’est une tautologie de dire que la plainte déposée par l’homme d’affaires Mayoro Mbaye contre son ancien associé Alioune Ndiaye, Maritallia, à la peau dure, très dure même. Pour cause, c’est ce 2 juin 2016, soit 13 ans plus tard, que ce dernier devra se présenter devant la barre du Tribunal correctionnel de Dakar, pour répondre du présumé délit d’abus de biens sociaux.

le 20 août 2003 le début d’un long combat

Pour lequel, le premier nommé avait saisi, le 20 août 2003, le Doyen des juges d’instruction d’une plainte contre son associé Alioune Ndiaye dans le cadre de leurs sociétés Maritalia, Technipact et Lampafric.

Dans sa plainte, Mayoro Mbaye soulignait que, dans la gestion de ces différentes Sociétés, son associé, qui était en même temps l’Administrateur de Maritalia et gérant des autres structures, faisait supporter certaines de ses dépenses personnelles, telles les factures de son domicile ou les billets d’avion de se enfants à la Société Maritalia.

La partie civile ne s’en est pas arrêtée là. Car elle ajoutait que le présumé auteur d’abus de biens sociaux, outre le fait qu’il entretenait une confusion volontaire entre son Agence maritime et la Société anonyme Maritalia pour détourner des recettes, il procédait à des manipulations irrégulières pour faire bénéficier à des Sociétés lui appartenant des biens de Technipact.

Selon les sources de Actusen.com, Alioune Ndiaye, entendu, en qualité de témoin conformément à l’article 94 du Code de procédure pénale, avait balayé d’un revers de main toutes les accusations portées contre lui. Mais admettait, tout de même, avoir fait supporter certaines de ses dépenses personnelles à la Société Maritalia. II précisait que le comptable de ladite société prenait toujours le soin d’imputer ses dépenses sur son compte courant associe, créditeur au moment des faits.

2004,  une expertise révèle 9 milliards FCFA de malversations

Le Rapport d’expertise concluait, en août 2004, à des malversations de 9.216.288.792 F Cfa dans les Sociétés Maritalia, Technipact et Lampafric.

Presque un an après le dépôt de cette plainte, précisément le 03 Mai 2004, le juge d’instruction commettait u n e x p e rt pour vérifier un ensemble de points dont l’abus de biens sociaux et les détournements de recettes allègues par la partie plaignante. Le 13 Août de la même année, l’expert déposait son rapport qui concluait à des malversations au niveau des Sociétés Maritalia, Technipact et Lampafric pour un montant total de 9.216.288.792 frs Cfa.

Inculpé en  2006  

Le juge d’instruction avait inculpé Alioune Ndiaye, en juillet 2006, pour abus de biens sociaux en date du 05 juillet 2006 Le juge d’instruction avait fini par procéder à l’inculpation d’Alioune Ndiaye pour abus de biens sociaux en date du 05 juillet 2006.

Seulement, le milliardaire Alioune Ndiaye faiblit, mais refuse de rompre. C’est ainsi que, quelques jours plus tard, il contestait le Rapport d’expertise du 13 août 2004 et sollicitait une nouvelle expertise.

Malheureusement, pour Alioune Ndiaye, celle-­ci, effectuée par Abdou Ndéné Bâ, le 17 février 20 09, confirmait, en partie, les conclusions du premier Rapport, notamment sur les malversations et irrégularités imputables à Alioune Ndiaye. Entendu au fond, ce dernier maintenait ses contestations. Et, dit­on, persistait et signait que Mayoro Mbaye ne détenait plus aucune action dans la Société.

Décembre 2015 les choses s’éclaircissent

Dans son réquisitoire définitif, Actusen.com a appris de sources dignes de foi que le Parquet, en décembre 2015, estimait que, malgré les dénégations de l’inculpé, il est clairement établi, qu’il a fait des biens de ces Sociétés, un usage contraire aux intérêts de celles-­ci, en commettant des malversations et autres irrégularités dont le montant total est évalué à la somme de 9.216.288.792fcfa.

C’est tout le sens qu’il faut donner au fait que le boss de Maritallia est renvoyé devant le Tribunal de Grande Instance de Dakar statuant en matière de Correctionnelle pour y être jugé conformément à la loi. Reste maintenant, à savoir, est ce que le milliardaire effectuera le déplacement au Palais de justice, ce matin.

actusen.com

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles