Journée Internationale des Filles dans les TIC : les femmes et jeunes filles minoritaires dans les métiers scientifiques

Les femmes et jeunes filles restent minoritaires dans les métiers scientifiques et notamment des TIC. C’est un aspect ressorti dans le discours de Mme Gnagna Diop Sow, Conseiller Technique, Représentante de Monsieur Amadou BA, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan.

Leur ministère célébrait hier, mardi, la Journée Portes Ouvertes organisée par la Direction du Traitement Automatique de l’Information (DTAI) du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (MEFP) à l’occasion de la Journée Internationale des Filles dans les TIC.

« A l’heure où les TIC prennent une place grandissante dans la vie quotidienne et professionnelle, des différences liées au genre continuent d’impacter les perspectives de conception, d’appropriation et de maîtrise de ces outils stratégiques.

La disparité numérique liée au genre a toutefois des justifications autres que les capacités intellectuelles des jeunes filles.

En effet, loin de souffrir d’un quelconque handicap technologique, les femmes et les jeunes filles, dans leur vie quotidienne ou scolaire, sont des utilisatrices aussi averties que leurs homologues masculins ».

Elle reconnait néanmoins qu’ elles restent particulièrement minoritaires dans les métiers scientifiques et notamment des TIC. Elles sont donc souvent absentes des centres de décisions stratégiques dudit secteur.

La célébration de cette journée internationale s’est faite cette année autour du thème : « l’accès des jeunes et des femmes au secteur des TIC, priorité nationale pour la diversification de l’économie et la création d’emplois pour un développement durable ». Pour Mme Sow « elle est une exhortation à l’accès, au maintien et la réussite des jeunes filles et jeunes femmes dans ce secteur d’avenir.

Dès lors, il importe d’explorer les voies et moyens d’y arriver, grâce à des formations de qualité. C’est là, l’engagement que chacune d’entre nous doit prendre personnellement, dans la construction de son avenir et de son épanouissement futur ».

Relevant par ailleurs que les objectifs du PSE prévoient la création et le développement d’universités virtuelles, avec des espaces numériques ouverts, un réseau d’Instituts supérieurs d’Enseignement Professionnel (ISEP) et des Centres de recherche et d’essai dans les régions, elle ajoute :.

C’est la « raison pour laquelle, j’encourage vivement les jeunes filles et élèves ici présentes, à s’inspirer de l’exemple et de l’expérience des femmes ingénieurs informaticiennes de la DTAI, en choisissant si possible, les séries scientifiques afin d’envisager, des études supérieures dans le domaine des TIC. Ces études offrent assurément des perspectives certaines, car utiles à tous les métiers ».

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles