Journée internationale des femmes : Le FIDA lance une campagne mondiale de lutte contre les disparités entre femmes et hommes dans l’agriculture

Attirer l’attention sur la contribution, souvent négligée, des femmes des pays en développement à l’économie rurale, à la vie des communautés locales, ainsi qu’à celles des familles rurales – hommes, femmes et enfants, c’est la volonté du FIDA.

La Journée internationale des femmes est une occasion saisie par le Fonds international de développement agricole (FIDA) des Nations Unies qui a lancé une campagne visant à réduire les disparités entre femmes et hommes dans l’agriculture.

La campagne, intitulée « Real Groundbreakers » (De vraies pionnières), vise à sensibiliser l’opinion publique et à obtenir le soutien des gouvernements en faveur des investissements indispensables, nous dit un communiqué parvenu à www.lactuacho.com.

Grâce à la plateforme numérique de la campagne, des femmes et des hommes du monde entier peuvent exprimer leur solidarité avec les 1,7 milliard de femmes et de filles rurales, et mettre l’accent sur le fait qu’il faut éliminer les inégalités entre les sexes dans le domaine de la production agricole et garantir l’accès des femmes aux ressources et aux débouchés, dans des conditions d’égalité.

« Les femmes rurales sont de vraies pionnières », a déclaré Charlotte Salford, Vice-Présidente adjointe du Département des relations extérieures et de la gouvernance du FIDA. « Elles cultivent, produisent des denrées alimentaires, lancent des entreprises et innovent, alors que leurs conditions de vie sont parmi les plus difficiles au monde et qu’elles font face à des inégalités et une pauvreté extrêmes. »

L’initiative de sensibilisation du FIDA se fonde sur le constat suivant: les femmes représentent 43% de la main-d’œuvre agricole mondiale, mais elles accèdent plus difficilement que les hommes aux financements, aux droits fonciers et aux intrants dont elles auraient besoin pour améliorer leurs activités et sortir de la pauvreté.

Selon l’étude sur la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, accorder aux femmes le même accès aux ressources productives qu’aux hommes permettrait d’accroître leur rendement agricole de 20 à 30%, ce qui réduirait de 100 à 150 millions le nombre de personnes souffrant de la faim.

Dans un rapport portant sur trois pays africains, la Banque mondiale indique
que la réduction des disparités entre les sexes permettrait de sortir 238 000 personnes de la pauvreté au Malawi, 119 000 personnes en Ouganda et 80 000 personnes en République-Unie de Tanzanie. C’est un argument supplémentaire pour investir en faveur des femmes rurales.

Cette campagne s’inscrit dans le cadre de l’action menée par le FIDA pour attirer l’attention sur l’autonomisation des femmes rurales et pour faire en sorte que davantage d’aides financières et d’investissements soient consacrés à cet objectif.

« L’autonomisation des femmes va de pair avec une hausse de la production alimentaire, l’amélioration de la situation nutritionnelle des ménages et des enfants, la réduction de la pauvreté et l’amélioration de accès à l’éducation », a déclaré Mme Salford.

« Combler les disparités entre femmes et hommes dans l’agriculture est profitable pour l’ensemble de la société, car cela permet d’augmenter la productivité, de faire reculer la pauvreté et la faim, et de favoriser une croissance économique plus équitable », a-t-elle ajouté.

« C’est une situation gagnant-gagnant, rendue possible par l’augmentation des ressources allouées par les pouvoirs publics aux femmes rurales. Nous sommes donc très satisfaits de lancer cette campagne de sensibilisation, et de nous associer à d’autres partenaires pour faire en sorte que les changements soient d’ampleur mondiale. »

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles