JOURNÉE DE SOLIDARITÉ : Serigne Abdou Rahmane Mbacké Afia au chevet des détenus dans les prisons

La 7ème édition de la Journée de solidarité dans les prisons, s’est tenue le samedi 31 mars 2018. Organisée par Serigne Abdou Rahmane Mbacké Afia Ibn Serigne Saliou Mbacké Afia, cette journée était une occasion de renouer avec la tradition en servant les détenus des repas, tout en leur octroyant des dons.

Les personnes détenues dans les prisons font partie intégrante de la société. Raison pour laquelle, Serigne Abdou Rahmane Mbacké Afia Ibn Serigne Saliou Afia organise depuis 7 ans une journée de solidarité dédiée aux détenus dans les maisons d’arrêt et de correction de camp pénal et de Rebeuss. Chaque année, des dons, des repas sont servis dans les prisons pour se solidariser aux détenus qui en ont tant besoin, vu les conditions carcérales très difficiles.
« Cette année, nous sommes à la 7ème édition. Et comme nous sommes des hommes de Dieu, nous ne faisons qu’appliquer ses recommandations, en jetant un regard sur ceux qui sont dans les prisons à travers ces gestes nobles comme les dons et les repas qu’on les sert à cette occasion », a déclaré-t-il.
D’aprés lui, ces détenus vivent dans des conditions extrêmement difficiles que seules des personnes comme eux qui y fréquentent, peuvent édifier l’opinion nationale à travers les discussions qu’ils tiennent avec les détenus. Ce qui est une condition obligatoire pour ces hommes de Dieu.
« Ces difficultés sont nombreuses et on ne peut toutes les étaler. Ce que nous pouvons dire, on est ici pour remplir notre mission envers Le Tout Puissant », dira-t-il.

« Les prisons sont pleines, nous sollicitons vraiment une aide concernant les mandats de dépôt et longues détentions, mais nous demandons à l’État de mettre en place d’autres infrastructures pour désengorger les prisons », souligne Serigne Abdou Rahmane Mbacké Afia, chef de fil du Dahira « Matlaboul Afia. Avant d’approfondir : « Il y a des chambres qui font jusqu’à 80 à 100 détenus. Raison pour laquelle, nous lançons un appel à nos gouvernants pour prendre leurs responsabilités », parce que réaffirme-t-il, « les personnes détenues font parties de la société ». Revenant sur les rapts d’enfants, ce dernier de faire part que c’est « une chose à déplorer et à bannir ». « Aujourd’hui les gens sont obnubilés par les avoirs, les biens de ce bas monde et ils oublient Dieu », a-t-il dit. Et de poursuivre : « la sécurité doit être renforcée dans ce pays pour le bien-être des populations ».
Pour Pape Djibril Mahmoudane Ane Mbaye, membre du Comité d’organisation du Dahira Matlaboul Afia, « cette journée est du Jihad social » envers les détenus à qui « nous partageons, communions avec eux pour leur donner un peu de courage ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles