Issa Seck alias ISB, chanteur, compositeur, interprète: Une nouvelle révélation de la banlieue

Agé d’une trentaine d’années, Issa Seck, alias ISB est un artiste, chanteur, compositeur, interprète. Un natif de Kaolack, ayant grandi dans la grande banlieue de Pikine, a très vite abandonné les études pour une carrière musicale.

Evoluant dans la musique Afro, l’artiste dispose aujourd’hui d’un album dénommé « Missal » qui compte 11 titres à savoir : « Intro », « Diaral Ngama », « Ndioukel », « Xare Ak Ndieul Ben », « Give your self », « Missa lak Galsen », « Dangerous », « Jant Ndjolor », « Weref », « Children », « Roof in fire » et « bye-bye ».Vivant présentement à Keur Mbaye Fall au cœur de la banlieue, ISB comme le surnomment ses proches, joue dans les boîtes de la station balnéaire de Saly.
« Mon plus grand souhait serait de devenir le porte-parole d’une grande fondation pour la protection des enfants ou une association humanitaire et parcourir le monde afin de s’enrichir encore d’un nouveau public avec qui je suis prêt à tout donner pour accomplir ma mission d’artiste », laisse entendre l’artiste durant notre entretien.
L’artiste et ses débuts.
« Je m’appelle Issa Seck alias ISB et je suis né le 24 janvier 1984 à Kaolack et j’ai grandi à Pikine où j’ai étudié jusqu’en classe de CM 2. Comme la partie des jeunes de mon âge à l’époque, j’ai subi une formation en mécanique. Le mouvement HIP HOP est né à la même époque avec ses illustres précurseurs comme: Awadi, Daara -J, Rap Adio, Pee Froiss  etc. Ce mouvement sera le tournant de ma vie. J’ai abandonné mon métier pour se consacrer exclusivement à la passion de ma vie : La Musique. C’est ainsi que débutent mes nuits blanches consacrées à l’écriture, à la création musicale et aux répétitions ».
L’artiste crée son milieu naturel et il se crée un concept qui lui est propre qui consiste à ne pas copier les artistes américains ou français. Sa véritable force réside dans sa capacité d’adaptation à tous les styles hip hop. il se permet même d’explorer d’autres styles comme: Le Funk, L’ Afrobeat, Le Reggae pour s’enrichir musicalement.
Riche de toutes ces expériences, ISB se définit comme un artiste de variété.
Regard sur la musique sénégalaise
Selon l’artiste la musique sénégalaise ne marche pas comme prévu. Et que le « Mbalax » qui domine, n’a rien apporté pour le pays.
« Le regard que je jette sur la musique sénégalaise, ça ne marche pas. Le problème de la musique sénégalaise, c’est qu’on veut nous forcer le « Mbalax ». Presque la majeur partie des animateurs ne mettent que du « Mbalax » mais il faut qu’on donne aux autres sonorités leur chance, il y a le reggae, le Rap et l’acoustique », se désole Issa Seck, au cours de l’entretien.
Selon lui, le « Mbalax » ne se limite qu’au Sénégal et en Gambie
« Le « mbalax » n’a jamais amené de trophée, ni de disque d’or au Sénégal. Ceux le font, sont obligés de s’allier avec d’autres pour avoir quelque chose. Je joue dans les cabarets dans la petite côte », explique le chanteur.
Et l’artiste de renchérir : « Nous faisons de la musique engagée mais aussi nous dénonçons mais nous divertissons aussi.. Je pense que les gens en charge de la culture ne connaissent pas grand-chose sur ça, c’est ce qui explique son blocage. Nous faisons de la musique mais pour percevoir les droits d’auteur, c’est tout un problème. C’est des lobbies qui peuvent accéder à là mais pas à nous autres ».
Parcours de l’artiste
2000 : Son intégration dans le groupe JMJ basé a Dakar
2002: il quitte ce groupe pour former le Black Maxi Sound Systeme.
2003: tournée sénégalaise avec les groupes phares de l’époque: Ska -Blu, Ass Malick , Full Nigger  et Dread Noa.
2004: il débute une carrière solo et enregistre au Studio Sggi de Enda tiers monde.
2005: participation à la promotion des produits d’une société dans l’ensemble du territoire national.
2006: participation à l’album de DRC5, campagne de promo avec Fafadi Wulaba  Sound, 1000 Problemes et Benn Rakim, il collabore avec le label Scotty production avec Nigger dou.
2007: il assure les premières parties de Carlou -D et Paulette Mendy  pour soutenir des malades, il fait le tour des radios et télés de la place pour prêcher la bonne cause.
2008: il collabore avec Metzo Diatta dans l’album Natysaa ainsi qu’avec Timshell Band Dead Amala Doucoure sur un autre projet.
2009: ISB débute l’enregistrement de son album avec le label TAP-TAP RECORS de Dakar Niger, avec comme Guest star, Nasgalsen et King Kaya, suivi d’un duo avec Fodé et Fatima du DRC5.
2010: participation aux 72 H de rap Galsen et au concours organisé par RFI et le Centre culturel Français. Parallèlement, il travaille avec le CIFOF qui est une école d’architecture créée par des américains dont le but est de sensibiliser les personnes sur l’intérêt d’une maison sure et viable.
2010 : participation au Fesman
2012: sortie de son premier album « Missal » -12 titres – de nombreux concerts
2013 : distribution numérique de « Missal » par le label Kalibeut, Nominé au concours « les afropépites » du rêve africain, produit sur la scène du Festival Africa Fête –Dakar.
2014 : feat sur un titre d’IPAK, artiste Suisse (sortie en 2015).entre en studio pour la préparation de nouvel album qui sortira en 2015.
Aujourd’hui, IBS souhaite se produire sur scène avec des musiciens sénégalais et des musiciens venant d’ailleurs, l’Afrique, à l’international. Et une nouvelle collaboration débute avec DAFARAYE Promotion des musiques émergentes d’Afrique basé à Lyon (France).

Issa Seck alias ISB,

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles