Insolite : Un homme emprisonné durant 28 ans parce qu’une femme avait rêvé qu’il l’a violée

Un homme emprisonné pendant  28 ans, après les accusations d’une femme qui avait rêvé qu’il a violée, pourrait être bientôt libre. En effet le juge de Denver a demandé l’annulation sa condamnation, déclarant qu’il serait probablement acquitté lors d’un nouveau procès parce que quelqu’un d’autre a avoué le crime.

Clarence Moses-EL a été reconnu coupable en 1988 et condamné à 48 ans de prison, pour avoir agressé et violé une femme revenue à la maison après une nuit de beuverie.

Lorsque la police a d’abord demandé qui l’a attaquée, elle a désigné cet homme, qui a avoué bien des années plus tard. Mais plus d’un jour après l’assaut subi, alors qu’elle était à l’hôpital, la femme a identifié Moses-EL comme étant son agresseur, en disant son visage lui est revenu dans un rêve.

Clarence Moses-EL,

Accusé, Moses-EL a longtemps clamé qu’il était innocent, mais ses efforts pour faire appel de sa condamnation avaient échoué, en partie parce que la police de Denver ont jeté ou perdu les preuves d’ADN du viol.

La police avait détruit les goupillons et les vêtements de la victime, malgré l’ordonnance d’un juge de les préserver pour les essais qui pourraient confirmer la culpabilité ou l’innocence de Moses-EL.

La législation de  »cas inspiré » exigeait la préservation des preuves ADN dans les principaux cas d’inculpation pour la durée de vie d’un défendeur. Les législateurs avaient également pris la mesure rare de parrainer un projet de loi ordonnant un nouveau procès pour Moïse-EL, mais il a été abandonné après que Bill Ritter, un ancien procureur, avait menacé d’opposer son veto.

Clarence 2

En Décembre 2013, une lueur est apparue  quand un autre homme, LC Jackson, lui a envoyé une lettre en prison  disant qu’il ne pouvait pas croire que Moses-EL a été accusé d’avoir violé la femme parce qu’il «avait des relations sexuelles» avec elle dans la nuit.

La lettre a conduit à une autre audience en Juillet, où Jackson a témoigné qu’il s’était mis en colère lors de ses rapports sexuels avec la femme et l’a frappée au visage. La femme de son coté avait dit à la police qu’elle s’était couchée pour dormir quand un homme a mis ses mains autour de son cou et l’a violée.

Jackson n’a pas été inculpé dans cette affaire, mais la preuve ADN qui a conduit à sa condamnation en 1992 (quatre ans plus tard), est issue du viol d’une mère et de sa fille, événement  qui a eu lieu à environ plus d’un kilomètre de la maison de la première femme.

« Les jurés seront probablement édifiés sur le cas de Moses-EL s’ils entendent la confession faite sous serment de Jackson et  voient des preuves montrant que le type de sang de Jackson – plutôt que Moses-EL’S – a été trouvé dans la victime », a écrit Kandace Gerdes, le juge du district de Denver, dans son ordonnance du lundi accordant un nouveau procès.

Un juge a fixé la caution de Moïse-EL à 50.000 $, et ses avocats espèrent pour bientôt qu’il  retourne à Denver, où il sera probablement libéré en attendant un nouveau procès.

dailymail.co.uk

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles