INFRASTRUCTURES SANITAIRES : Kébémer réclame un hôpital

Le département de Kébémer, étant une zone carrefour de plusieurs cités religieuses, comme Touba et Darou Mousty, a des besoins énormes en infrastructures sanitaires. Raison pour laquelle, ses populations réclament un hôpital de haut niveau.

Se trouvant sur la route de Darou Mousty et Touba d’une part et sur la nationale 2 d’autre part, le département de Kébémer étant une zone carrefour, a fortement besoin d’infrastructures sanitaires, comme un hôpital que ne cesse de réclamer la population. Selon Dr Ababacar Mbaye, médecin-chef du district sanitaire de Kébémer, la préoccupation principale des populations c’est d’avoir un hôpital vu la position stratégique du département de Kébémer. Plusieurs raisons justifient cette réclamation. « Avec les accidents qui se passent sur la route lors des grandes cérémonies religieuses, c’est une nécessité de disposer d’un hôpital, d’où au moins d’un centre de santé de niveau 2 avec un bloc opératoire », a-t-il déclaré. Ce qui est une doléance d’une grande envergure de la ville de Kébémer. Il s’exprimait en marge d’une cérémonie de remise d’une ambulance et du matériel médical composé de lits d’hôpitaux, des matelas, des draps des bureaux et des chaises. « Nous ferons en sorte que ce matériel puisse bénéficier aux populations de Kébémer », a insisté le médecin-chef du district sanitaire de Kébémer. Ce dernier a fait savoir par ailleurs que le département vu sa position géographique, totalise 32 postes de santé et quatre centres de santé. « Par rapport aux normes Oms c’est insuffisant, mais il y a la carte sanitaire dont d’autres postes et centres sanitaires sont en construction », a-t-il expliqué, tout en précisant que les malades gravement atteints et autres accidentés sont souvent évacués à Louga ou à Tivaouone pour une meilleure prise en charge. Dr Aïssatou Lo Ngom, Présidente du conseil d’administration (Pca) de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna), prenant part à cette cérémonie, est largement revenue sur ce qu’elle considère comme « un fléau national » qu’est la vente illicite de médicaments. Selon elle, des stratégies sont en train d’être mise sur pied pour lutter contre ce phénomène qui ne date pas d’aujourd’hui à travers tout le pays, avec la mobilisation de tous les acteurs du médicament pour que ce fléau puisse disparaître pour de bon au Sénégal. Même si le combat ne sera pas facile, déclare-t-elle, « nous y sommes », avec le déroulement de la campagne de sensibilisation envers les populations, mais aussi de récupération des médicaments contrefaits retrouvés partout dans le pays. « Il faut que les populations soient conscientes et dire non à ces produits. D’autre part, comme c’est un marché très fructueux, les pouvoirs publics sont appelés à jouer leur rôle en interdisant ces produits dans le marché », a-t-elle souligné.
Pour Ousmane Cissé, Directeur des mines et de la géologie, et membre de l’Apr, « la cérémonie c’est un geste de l’Apr de la commune et du département de Kébémer. Ceci, dans le but de mettre en œuvre la vision du chef de l’État Macky Sall au côté de la population ». Selon lui, il est prévu cette année la 3ème édition de la circoncision des enfants de la localité qui aura lieu après la tabaski. La première avait mobilisé 300 à 400 jeunes, la deuxième 150 jeunes. « Pour cette édition, l’ensemble des maîtres coraniques, des imams et des populations intéressées seront convoqués avant de procéder à ce rite pour tous les jeunes qui en auront besoin pour la commune et affectant toutes les couches », a-t-il renseigné.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles