Infrastructures : la CEDEAO lance son unité de mise en œuvre du projet de l’autoroute du corridor Abidjan-Lagos

La Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a lancé hier 27 février 2019 à Abuja, au Nigéria, la Cellule d’exécution du projet de développement du corridor routier Abidjan-Lagos.

Pour l’essentiel, la CEP qui se consacre, entre autres, à assurer la gestion quotidienne du projet routier sous la supervision du Commissaire aux infrastructures de la Commission de la CEDEAO, par l’intermédiaire de son responsable technique du projet.

S’exprimant au début de la réunion de deux jours couvrant son lancement au siège de la Commission, le Commissaire aux infrastructures de la Commission de la CEDEAO, M. Pathe Gueye, a déclaré que le projet de corridor Abidjan-Lagos reste d’une grande importance pour la Commission de la CEDEAO, les États membres du Corridor ainsi que les partenaires de développement, en considérant les énormes avantages que la mise en œuvre retirera pour la région.

Le projet de corridor, une fois pleinement mis en œuvre, devrait promouvoir le programme de libre circulation de la CEDEAO, générer des activités sociales et économiques, promouvoir le commerce transfrontalier et intégrer les économies des pays de la région.

Et selon le commissaire, « cela contribuera à la réduction des niveaux de pauvreté de la population qui dépendent des modes de transport du corridor pour gagner sa vie ».

Il a indiqué que c’était pour fournir aux autorités des États membres et aux parties prenantes, une base technique solide sur laquelle prendre des décisions éclairées, que la Banque africaine de développement (BAD) et l’Union européenne avaient fourni des fonds pour entreprendre toute la préparation technique et de projet nécessaire études.

Les études comprennent des services de consultants pour l’étude de faisabilité et l’évaluation des impacts environnementaux et sociaux (EIES), notamment pour l’audit de la sécurité routière du projet routier, la conception technique détaillée et la préparation des documents d’appel d’offres, l’évaluation de la viabilité, l’étude de développement économique et territorial des corridors ainsi que le commerce. et la facilitation des transports, entre autres.

Madame Lydie Ehouman, chef de projet de la BAD, a souligné l’importance de la réunion qui permet aux parties prenantes de «tracer de manière précise les grandes lignes de la procédure de mise en œuvre de cette étude hautement stratégique pour l’Afrique de l’Ouest en particulier et le continent africain».

Elle a noté que le corridor Abidjan-Lagos est un lien essentiel du corridor Dakar-Lagos, qui fait partie de l’autoroute transafricaine de la région de la CEDEAO, dont le développement est l’un des seize (16) projets d’infrastructure continentaux prioritaires identifiés l’échelle du continent.

Madame Ehouman a exprimé le souhait de la BAD concernant la nécessité pour toutes les parties prenantes, y compris la Commission de la CEDEAO et la CEP, de soumettre dans les meilleurs délais les demandes de paiement pour l’avance de démarrage des consultants des trois lots relatives à la faisabilité et à la rentabilité des études techniques.

Elle a remercié la Commission de la CEDEAO et tous les pays membres participants du corridor pour leur leadership et leur volonté d’assurer le développement et l’intégration régionale de l’Afrique de l’Ouest par le biais de l’autoroute du corridor Abidjan-Lagos.

S’exprimant au nom des partenaires techniques de l’équipe PIU, le consultant, M. Dassi Paul Hounhoui, a remercié la Commission de la CEDEAO pour la confiance accordée à l’équipe de consultants sélectionnée pour gérer le projet.

Travaillant en tant que consultants professionnels, il a déclaré que tous les efforts seraient déployés pour faire en sorte que les règles et procédures soient respectées, en insistant sur la nécessité de respecter les spécifications techniques tout en veillant à ce que toutes les parties soient satisfaites. «Nous ne manquerons pas de nous acquitter du mandat qui nous a été confié». Il ajouta.

Le projet de corridor porte sur la construction d’une autoroute multinationale à 6 voies allant d’Abidjan en Côte d’Ivoire au Ghana, au Bénin et au Togo, en direction de Lagos au Nigéria.

De manière complémentaire, la Commission a également donné la priorité à la mise en œuvre d’autres projets de corridors régionaux tels que le corridor Praia-Dakar-Abidjan.

Les membres de la CEP suivront également une initiation et une formation au cours de la réunion de deux jours.
Étaient également présents à la réunion des représentants de la Commission de la CEDEAO et de la BAD, des experts des États membres et des consultants de la CEP.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles