Industries extractives : contraction de l’activité

Selon la Dpee, après une hausse de 29,7% au dernier trimestre de 2014, l’activité du sous-secteur des industries extractives est ressortie en baisse de 16,7%, en rythme trimestriel, au premier trimestre 2015.

« Cette situation est attribuable aux faibles résultats relevés dans l’exploitation aurifère (-22,5%) qui a façonné le profil global du sous-secteur malgré le renforcement des productions de phosphate de calcium (+5,6%) et de sel (+10,1%) sur la période sous revue. L’accroissement de la production de sel s’explique par le bon niveau de la récolte combiné à la hausse de la demande, notamment à l’étranger. Pour sa part, le phosphate de calcium a tiré profit des investissements en cours avec, notamment, l’achat de pièces de rechange et de consommables », poursuit-on dans le document.
La Dpee explique que la reprise constatée dans l’exploitation phosphatière devrait être plus soutenue au courant du deuxième semestre de l’année 2015 avec la poursuite des investissements prévus dans le cadre du partenariat avec le groupe Indorama.
Le document de poursuivre : « Comparativement au premier trimestre de 2014, l’activité des extractives s’est tassée de 20,3% au premier trimestre 2015, en liaison avec les contreperformances notées dans les productions d’or (-15,6%) et de phosphate de calcium (-37,2%). Par contre, la production de sel est ressortie en hausse de 46,9%, sous l’effet d’une bonne récolte en début 2015 alors que celle d’attapulgite a crû de 1,0% du fait d’une meilleure organisation du site d’Allou Kagne. En effet, les exploitants continuent à investir dans le décapage des mines de sorte à faciliter l’extraction des produits recherchés à coût minimal ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles