Inde Une femme violée, puis battue à mort à coups de briques pour avoir menacé de dénoncer ses agresseurs

La police a arrêté deux hommes et entendu six autres après la découverte du corps d’une femme abandonné à des chiens errants dans un champ. Cette indienne a été victime de viols collectifs et brutalement assassinée par des hommes qui lui ont fracassé le crâne avec des briques, après qu’elle avait menacé d’informer les autorités sur ce viol, a indiqué la police dans le nord de l’État de Haryana.

La police a arrêté deux hommes pour viol et meurtre dans la ville de Sonipat, et six autres ont été entendus après que la mère de la victime les a accusés d’être impliqués, dans cette horreur, selon le surintendant de la police, Ashwin Shenvi.

La défunte, une femme de 23 ans, ouvrière, a été emmenée de force par des hommes – dont au moins un qui la connaissait- en voiture près de chez elle à Sonipat, jusqu’à la ville de Rohtak, où ils l’ont violée, a déclaré M. Shenvi. Le corps de la femme a été retrouvé dans un champ jeudi, partiellement dévoré par des chiens errants, selon le Times of India. Sonipat se trouve à 44 kilomètres au nord de New Delhi.

« Quand elle leur a dit qu’elle se plaindrait, ils lui ont martelé son crâne avec des briques, de façon horrible », a-t-il ajouté l’enquêteur.

La mère de la victime avait précédemment déposé une plainte contre l’un de ces accusés pour avoir harcelé sa fille pour l’épouser, mais le désaccord a été réglé entre les deux parties, a déclaré Shenvi.

La violence sexuelle à l’égard des femmes est une question hautement dense en Inde, où l’horrible et grave colère d’une étudiante dans un autobus à New Delhi en 2012 a déclenché des manifestations nationales contre la violence à l’encontre des femmes et l’incapacité des autorités à les protéger.

L’Inde a promulgué des peines d’emprisonnement plus sévères pour les violeurs et a promis de trainer devant des tribunaux «rapides», mais les viols, les attaques à l’acide et la violence domestique restent toujours courants. En moyenne, 50 crimes contre les femmes sont enregistrés quotidiennement par la police à Delhi, y compris au moins quatre cas de viol, selon un haut fonctionnaire du ministère fédéral de l’Intérieur.

Lactuacho avec the independent.co.uk

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles