Homosexualité féminine : Comment jeunes filles et femmes mariées deviennent des lesbiennes.

Dans la société sénégalaise, l’homosexualité féminine commence à prendre des proportions qui inquiètent bon nombre de gens. Des jeunes filles, femmes mariées, femmes célibataires se livrent à des attouchements loin des regards indiscrets durant leur rassemblement. Ces pratiques qui, au début, ont l’allure de jeux, finissent toujours par devenir une habitude. Avec ces pratiques, certaines d’entre elles commencent à avoir des penchants pour une copine. Durant les séances de tontines ou de « tour » qu’organisent les femmes, ces pratiques sont plus fréquentes. Des témoignages poignants renseignent sur ce phénomène.

« Je suis devenue lesbienne à cause de mes copines de lycée. Quand un professeur s’absente, nous allons chez l’une de nos copines de classe qui habite près de notre établissement pour regarder un film pornographique. Comme ces genres de film mettent en scène des couples en train de faire l’amour, cela nous excite beaucoup. C’est ainsi qu’on se mettait à deux en train de s’embrasser tout en caressant les seins ou le sexe de sa copine. A chaque fois qu’un professeur s’absente, on procède à la même chose, c’est ainsi que la pratique est devenue une habitude. Depuis lors j’ai eu des penchants pour les filles. Je caresse des copines sans m’en rendre compte», témoigne une lycéenne.

Une autre fille de témoigner : « Je suis devenue lesbienne à cause d’une cousine qui vivait chez nous durant l’année scolaire. Nous partageons la même chambre. Chaque nuit nous dormions toute nue toutes les deux. Comme la chambre dispose une douche intérieure, nous prenons ensemble notre bain. C’est ainsi que nous avons commencé à nous caresser le sexe mutuellement. Depuis lors, nous ne pouvons plus se passer l’une de l’autre. Quand ma cousine est rentrée durant les grandes vacances, je suis maintenant attirée par les filles. Actuellement, je suis amoureuse de l’une de mes copines de classe. Je ne veux plus avoir un petit copain parce que les hommes ne m’attirent plus ».

Avec ces pratiques, la voie est ouverte pour les filles de devenir lesbiennes !

« J’ai été une fois victime d’un viol. Depuis lors, je n’ai plus de penchant pour les hommes. J’avais une seule copine qui venait tout le temps à la maison pour me remonter le moral. A force de se livrer à ces jeux d’attouchement, nous avons eu des penchants l’une pour l’autre. Parfois, nous prenons notre bain ensemble. On s’embrasse sous la douche et parfois, on regarde ensemble des films pornographiques en imitant les actrices. Actuellement, nous vivons le grand amour ma copine et moi dans la plus grande discrétion», confie une étudiante.

lesbiennes-2Elles se livrent à ces jeux sans mesurer la conséquence que cela puisse engendrer et à cause de cela, beaucoup d’entre elles ne peuvent plus s’en passer. Et c’est devenu une h habitude.

« Ma voisine de chambre à l’université m’a poussé à devenir lesbienne. A chaque fois, elle me caressait les seins après mon bain. Et parfois on regardait des films pornographiques dans son ordinateur. Et toujours les films mettaient en scène deux lesbiennes. Une fois excitée, je veux sentir sa main sur mon sexe. Et elle commence à m’embrasser dans la bouche. C’est ainsi que j’ai pris goût à la chose. En tout cas, je continue toujours à avoir un penchant sur les filles » témoigne R.D, une étudiante en Lettre.

D’autres témoignages en disent long sur ce phénomène.

« Je me livrais à ces jeux avec ma collègue enseignante avec qui je partageais le même appartement lorsque nous étions affectées hors de Dakar. A chaque fois, lorsque je me réveillais le matin pour prendre mon bain, elle me disait tout le temps que ma poitrine lui plaisait. Un jour, elle défait ma serviette pour sucer mes seins. Je l’ai laissé faire car j’éprouvais d’immense plaisir pour cela. Le soir durant la nuit, c’est moi-même qui l’avais trouvée dans son lit pour l’embrasser à la bouche tout en la caressant intensément. Je veux sortir de cette situation mais j’ai l’habitude».

Des femmes mariées s’adonnent à ces pratiques !

Avec ces pratiques qui se passent dans la plus grande discrétion, les femmes mariées profitent des séances de tontines ou de « tour » pour se livrer à des pratiques lesbiennes.

Sous couvert de l’anonymat, une femme mariée de confier : « Nous avons une tontine chaque week- end. Tous les membres se réunissent dans la maison de la gérante de la tontine pour procéder au tirage pour connaître les personnes qui vont gagner. Nous profitons de cette occasion pour regarder des films pornographiques. On se mettait deux pour nous caresser les seins. Certaines femmes étaient presque nues. C’est ainsi que beaucoup de femmes mariées sont devenues lesbiennes et elles commençaient à se fréquenter en dehors des séances de tontine ».

Une femme lingére : « Ma propre patronne vit dans la même maison que sa copine lesbienne. Elle est divorcée et elle vit avec la femme sous le même toit. Au début, je croyais que c’était sa sœur mais je leur ai vu toutes les deux nues dans le même lit en train de s’embrasser. C’est depuis ce jour que j’ai su que j’ai affaire à deux lesbiennes. Parfois, à l’absence de ma patronne, sa copine me trouve dans la cuisine pour me proposer de coucher avec elle. Un jour, la sœur de ma patronne est venue là-bas à son absence pour l’insulter et la traiter de tous les noms ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles