Harmonisation du système éducatif en Afrique de l’ouest : des experts étaient en conclave à Abuja pour affuter des stratégies

Des experts du secteur de l’éducation dans les États membres de la CEDEAO ont élaboré des stratégies et des politiques visant à harmoniser le système éducatif et l’équivalence des certificats dans le but d’accroître le capital humain dans la région.

Le vice-président de la CEDEAO, Edward Singhatey dans son allocution de clôture lors d’une réunion technique de deux jours qui s’est terminée le 22 septembre 2017, à Abuja, au Nigeria, a exprimé son optimisme et sa confiance dans les recommandations des experts pour renforcer la qualité et la compétitivité de l’éducation en Afrique de l’Ouest.

«Il est de notre responsabilité de veiller à ce que les étudiants qui terminent leur éducation de base acquièrent une formation technique et professionnelle, tandis que ceux qui obtiennent leur baccalauréat obtiennent une formation complémentaire qui augmentera l’employabilité et, à leur tour, le développement dans la région», a-t-il dit.

Selon un communiqué de la CEDEAO parvenu à www.lactuacho.com, il a particulièrement applaudit l’initiative «Compétences G», soutenue par le gouvernement nigérian dans le but d’accroître le capital humain en renforçant la capacité des jeunes et des artisans dans l’éducation formelle et informelle. Le vice-président a exprimé son désir et la volonté de la CEDEAO de soutenir des initiatives similaires dans les États membres.

En outre, les experts ont validé la Stratégie de formation technique et professionnelle de la CEDEAO pour l’amélioration de la compétence et l’employabilité (ETSSIE) et ont exhorté les États membres à continuer de soutenir et de s’approprier le programme de mobilité de l’Académie Nnamdi Azikiwe de la CEDEAO (ENAAMS).

Plusieurs problèmes transversaux ont également été abordés, comme la discrimination des filles et des femmes dans l’éducation, en particulier dans l’accès à l’enseignement et à la formation techniques et professionnelles (EFTP) et à la science, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques (STEM).

Ces experts ont également recommandé l’intégration d’un curriculum entièrement développé sur le traitement des troubles de l’usage de drogues dans les établissements universitaires et la promotion d’une culture de la paix et de la responsabilité sociale chez les jeunes en Afrique de l’Ouest.

Les stratégies et les recommandations élaborées lors d’une réunion d’experts devraient être approuvées lors de la prochaine réunion ministérielle prévue pour les 28 et 29 septembre 2017 à Lomé, au Togo.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles