Guerre des mots entre Idy-Sidy-Lamine-Bamba-Ndiaye : l’histoire de Moussaylima Al Kazaab repartagée par EnQuête

Dans la guerre des mots entre Idrissa Seck, Sidy-Lamine Niasse et Bamba-Ndiaye,  l’histoire de Moussaylima Al Kazaab a été repartagée par EnQuête

Après avoir tenu des propos (sur le prophète, La Mecque, le pèlerinage et le conflit israélo-palestinien) qui ont fait réagir les musulmans sénégalais et même au-delà, le monde arabe, Idrissa Seck a reçu la réponse cinglante de l’islamologue et ancien ministre Bamba Ndiaye et de Sidy Lamine Niasse, le président du groupe Wal Fadjri.

Ce dernier avait d’ailleurs dit que l’ancien Premier ministre est sorti de l’Islam. Dans sa contre-attaque, Idy a donné à ses deux adversaires le nom de Moussaylima Al Kazaab. Au vu de la manière dont certains l’ont orthographié, on peut soupçonner une méconnaissance de ce personnage.

Moussaylima est, en fait, un usurpateur qui voulait se positionner en rival du Prophète Mouhammad (Slhw). ‘’Il était le chef de la tribu arabe des Banu Hanifa originaire d’Al-Yamâma’’. Neuf à 10 ans après l’hégire, le Prophète reçut des tribus entières qui venaient se convertir à l’Islam. Un jour, une délégation de 10 personnes arrive à Médine. Parmi elles, Moussaylima. Ce dernier a entendu dire auparavant que le Prophète répétait souvent que dans chaque groupe, le meilleur est celui qui se met au service des autres.

Ainsi, à l’entrée de Médine, il demande à ses compagnons d’aller à la rencontre du Prophète. ‘’Lorsqu’il vous demandera pourquoi vous êtes 9, dites-lui que le dixième est notre serviteur, il a la garde de nos biens’’, leur dit-il.

Un calculateur

Quand les autres se sont présentés au Prophète, celui-ci constate qu’ils sont 9 au lieu de 10 et leur pose la question. Ils lui font comprendre que le dernier est resté surveiller leurs biens. ‘’Il est le meilleur d’entre vous’’, déclare le Prophète, comme à son habitude. Quand la délégation se retrouve, elle lui raconte ce que le Prophète a dit. Et c’est justement ce que cherchait Moussaylima, c’est-à-dire que l’Envoyé de Dieu le présente comme le meilleur et que ses compagnons en soient les témoins. A son tour, il est allé voir le Prophète et lui fait comprendre qu’il ne peut l’accepter comme un Envoyé de Dieu que s’il accepte de lui léguer son héritage avant sa disparition. Une proposition refusée par le Prophète qui, selon certains savants, n’a pas révélé sur-le-champ ce que Moussaylima lui a dit, de peur que ce dernier soit tué à Médine par ses fidèles.

Réduction  de 5 à 3 le nombre de prières quotidiennes

De retour chez eux, les compagnons de voyages de Moussaylima ont commencé à inviter les leurs à embrasser la religion. Mais les gens ont trouvé les conditions trop contraignantes. Moussaylima leur rapporte alors les propos que Mouhammad a tenus sur lui et se présente en prophète.

Il réduit le nombre de prières de 5 à 3. Un jour, il rencontre Hamr Ibn Hanz qui n’était pas encore musulman ; il lui demande ce qui se passe chez eux. Ce dernier lui dit que le Prophète a reçu la révélation d’un Livre Saint. Il lui récite la sourate Al Hansr (le Temps). Quand il termine la sourate, Moussaylima lui dit qu’il a reçu lui aussi une révélation.

L’homme qui se faisait passer pour prophète

Essayant de s’inspirer de la façon dont la sourate est conçue, il se livre à du mimétisme et raconte des conneries. A la fin, il demande à Hamr ce qu’il en pense. Ce dernier lui rétorque : ‘’Tu sais très bien que je sais que tu mens.’’

Malgré tout, Moussaylima va continuer à revendiquer un statut de prophète, prétendant avoir son propre livre révélé. Certains parmi les siens l’ont cru, parce qu’il avait de grandes capacités oratoires.

Un jour, il écrit une lettre au Prophète Mouhammad (Slhw). ‘’Cette missive vient de Moussaylima, l’envoyé de dieu vers Mouhammad l’Envoyé de Dieu. Je vous fais comprendre que la terre est désormais divisée en deux parties : l’une sous ma direction et l’autre sous votre direction, même si les fils d’Abdoul Moutalib (grand père du Prophète) n’aiment pas partager’’, lui dit-il. Le Prophète fait appel à son secrétaire particulier, Haliyou (Ali) et lui dicte ceci en guise de réponse : ‘’De Mouhammad l’Envoyé de Dieu vers Moussaylima Al Kazaab (le menteur).

Au nom d’Allah, le Tout miséricordieux, le Très miséricordieux. La terre appartient à Allah, il en donne l’héritage à ses fidèles serviteurs. La paix à celui qui est sur le droit chemin.’’

Dans sa rivalité avec l’Envoyé de Dieu, Moussaylimatoul Kazaab s’est rendu à Taïf, une ville où habitent les oncles du Prophète qui s’y est rendu d’ailleurs lorsqu’il avait besoin d’aide, face à l’hostilité des Mecquois. Mais les parents de Mouhammad, non contents de Lui refuser toute assistance, ont envoyé des chiens et des enfants contre Lui. Le Prophète était resté stoïque, malgré le danger.

Démasqué à Taïf

Lorsque Moussaylima est allé à Taïf et a commencé ses ‘’prêches’’, un chien a surgi et il a pris ses jambes à son cou. Ses interlocuteurs ont su, du coup, qu’il n’est pas prophète.

En dépit de ses déconvenues, Moussaylima a persisté sur sa visée et a même su se constituer une armée. A la mort du Prophète Mouhammad, Son premier successeur, Abou Bakar, sous l’influence d’Oumar, dit-on, a décidé d’en finir.

Il envoie une première armée, sans succès. La deuxième tentative sera la bonne, car Moussaylima sera tué par Wahshi, celui-là même qui avait mis fin à la vie de Hamzatou, l’oncle paternel du Prophète. Wahshi avait l’habitude d’ailleurs de dire qu’il a tué le meilleur des Hommes (Hamza) quand il était mécréant, et il a tué le pire des Hommes (Moussaylima), quand il est devenu croyant.

Et c’est ainsi que s’arrête l’histoire de Moussaylima… Al Kazaab !

Babacar Wilane (Source EnQuête)

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles