Grogne chez les Sénégalais expulsés des Etats-Unis : regroupés en association, ils menacent de se faire entendre très prochainement

Après leur retour qui avait été très médiatisé, nos compatriotes expulsés des Etats-Unis semblaient avoir trouvé solution à leur rapatriement présenté souvent comme un deal entre le Sénégal et l’ancien président américain Barack Obama. Rencontré en marge de la célébration de la journée international du migrant, Ousseynou Sadio, le président de « l’Association des Sénégalais expulsés des Etats-Unis » (nouvellement créée), jure à www.lactuacho.com, la main sur le cœur, qu’il n’en est rien !

« Depuis neuf mois sommes de retour forcé au pays, ça commence à trop durer pour qui connait les dures conditions dans lesquelles nous sommes revenus. Selon les américains nous avons été indemnisés à 25 000 dollars par personne, alors qu’à ce jour nous n’avons rien vu. Du côté du gouvernement ils nous ont assurés n’avoir rien reçu, malgré les rumeurs qui circulent que l’argent leur a été bien versé », nous confie cet homme très irrité par leur situation.

Selon lui, à un certain un moment les autorités leur avaient demandé leurs attentes, et après concertation ils avaient  décliné des projets que l’Etat avaient promis d’accompagner pour leur réinsertion, mais toujours rien….

« Quand nous avons exprimé nos frustrations et colères devant la presse, ils nous ont appelé pour nous dire que ce que nous faisons ne profite qu’aux journalistes. Et que nous devons nous concerter pour voir comment trouver des solutions. Ils sont à nous appuyer. La dernière audience a été faite avec Sory Kaba ce qui avait suscité beaucoup d’espoir avec cette promesse ferme : (Dans un mois nous allons commencer la concrétisation, les financements vont commencer), depuis lors, nous entrons dans notre quatrième mois », se désole-t-il .

Revenant sur leur sort, Ousseynou Sadio relève que certains parmi eux avaient fait 18, 25, voire 30 ans aux Etats-Unis. D’autres avaient traversé presque dix pays de l’Amérique Latine pour chercher un meilleur sort, avec de l’agent dépensés, des morts avant de devenir des soutiens de famille.

Aujourd’hui, réunis en « Association des Sénégalais expulsés des Etats-Unis », il confie à www.lactuacho.com qu’un plan d’actions est en court.

« Nous sommes prêts à agir et cette fois ils verront si nous sommes déterminés ou pas ! Nous serons prêts à récolter ce que nous sèmerons ! », a-t-il fermement averti.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles