Gouvernance du Secteur sécuritaire: les Experts gouvernementaux encourage la CEDEAO à établir un mécanisme de suivi et de réforme

Les experts gouvernementaux des États membres ont exhorté la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à mettre en place un mécanisme de suivi et de soutien pour la réforme et la gouvernance du secteur de la sécurité.

Ces experts, après leur réunion de deux jours à Abuja, au Nigeria, qui s’est terminée le 8 août 2018, ont validé le plan d’action SSRG et formulé un ensemble de recommandations visant à améliorer la propriété et la mise en œuvre des SSRG dans les États membres, selon le communiqué parvenu à www.lactuacho.com.

D’autres recommandations clefs soulignaient la nécessité pour la CEDEAO à sensibiliser les décideurs politiques des États membres afin de prendre en compte et de renforcer la volonté politique, l’engagement national et la responsabilité nationale en matière de SSRG.

En outre, les experts ont soutenu que, pour promouvoir une culture de consolidation des SSRG, les plates-formes de partage d’expériences, d’apprentissage et de coordination des SSRG devraient être institutionnalisées, y compris la réunion annuelle des experts gouvernementaux.

Les experts ont également appelé à l’élaboration d’un cadre politique et juridique national de SSRG susceptible de guider les États membres dans le renforcement des SSRG, tout en renforçant le renforcement des capacités pour permettre aux États membres d’assumer leurs responsabilités en matière de sécurité nationale.

Ils ont en outre suggéré d’élargir le soutien des SSRG de la CEDEAO à tous les services de sécurité des États membres afin de prévenir les conflits, plutôt que de se concentrer principalement sur la réforme du secteur de la défense et des opérations de soutien de la paix. À cela s’ajoute l’entreprise de recherche visant à capter de nouvelles vagues de développement pertinentes pour les SSRG.

Les participants à la réunion ont également recommandé aux États membres de s’occuper de la coordination et du leadership entre les partenaires multilatéraux et techniques qui soutiennent les SSRG afin d’éviter les doubles emplois et de canaliser efficacement les ressources vers les domaines les plus nécessaires.

Ils ont insisté sur la nécessité de développer les initiatives SSRG locales dans une perspective africaine et ouest-africaine, en se concentrant sur le contenu et le contexte locaux plutôt que sur l’adoption de préceptes étrangers.

Les dirigeants politiques, affirment-ils, devraient établir et renforcer des plateformes de dialogue et d’engagement entre les populations, leurs dirigeants et les services de sécurité.

En ce qui concerne les structures nationales de gouvernance de la sécurité, les experts ont demandé un groupe de travail inter institutions institutionnalisé sur les SSRG (pour les États membres qui n’en ont pas encore mis en place) pour améliorer la cohérence, la coordination, la planification conjointe, le suivi et l’évaluation. Cette structure de gouvernance serait complétée par la nomination de points focaux nationaux pour que le SSRG assure la liaison avec la Commission de la CEDEAO et d’autres États membres afin de renforcer les synergies et le partage d’informations.

Ils ont en outre exhorté les États membres dotés de processus, programmes et stratégies formels de SSGR à communiquer leurs documents-cadres à la Commission de la CEDEAO et à intégrer les principes fondamentaux et les caractéristiques essentielles des SSRG dans leurs stratégies de politique de sécurité nationale et SSRG.

Dans ses remarques de clôture, le président de séance et sous-directeur du ministère nigérian de la Défense, M. Ashigye Willie John, a remercié les participants pour leurs solides contributions, notant que les recommandations proposées amélioreraient la transparence, la responsabilité, la réactivité. , efficience et efficacité dans le secteur de la sécurité.

Pour ses participants, la réunion d’Abuja était composée de représentants de chaque État membre, issus des ministères de l’intérieur, de la défense, de la justice et / ou des affaires étrangères, avec des directeurs du groupe de travail interdépartemental de la Commission de la CEDEAO sur les SSRG et du bureau des Nations Unies (UNOWAS), du Collège national de défense du Nigéria (NDC) et du Centre international de formation au maintien de la paix de Kofi Annan (KAIPTC).

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles