Goethe-Institut et mJangale offrent une formation en « Développement de Jeux Vidéos avec Scratch » à de jeunes Sénégalais

Les jeunes Sénégalais sont consommateurs de technologie (par exemple, Facebook et Google). Ils peuvent aussi devenir des créateurs de contenu, de produits et de technologies.

D’après le communiqué reçu, c’est le but de la formation « Développement de Jeux avec Scratch » proposée par Goethe-Institut en collaboration avec mJangale. Plus largement, le but de cette formation est d’initier au codage informatique.

Ainsi, une vingtaine de jeunes de la quatrième à la terminale vont développer des jeux en utilisant le langage de blocs Scratch. Les jeux cibleront le Sénégal. La formation repose sur des présentations sur Scratch, des activités interactives de design, et le travail en équipe.

Selon toujours le communiqué, les projets réalisés par les élèves seront présentés devant un public professionnel et le meilleur projet recevra un prix. Les inscriptions pour cette formation sont gratuites se font par email.

Le Goethe-Institut est une institution allemande qui organise régulièrement des événements qui valorisent la culture allemande, la culture sénégalaise et les échanges culturels entre les deux. L’Institut établit également des partenariats avec des associations, écoles, institutions etc.

Il vise à promouvoir la langue allemande au Sénégal, favoriser la coopération culturelle internationale ; et communiquer une image de l’Allemagne aussi complète que possible, en informant sur la vie culturelle, sociale et politique du pays.

De son coté, mJangale est un programme numérique après l’école qui vise à supprimer les inégalités sociales au Sénégal. “m” est une abréviation pour mobile et jangale veut dire apprendre en Wolof. mJangale initie aux STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques).

Ses cours les plus populaires sont le développement d’applications mobiles (4ème à la terminale), la conception de vêtements connectés (CE2 à la 5ième) et la création de jeux (CE2 à la terminale).  Il  repose sur un réseau de tuteurs, le suivi des participants, et l’implication des parents dans l’apprentissage de leurs enfants. Certaines activités ciblent les filles spécifiquement. Il intègre aussi un volet recherche.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles