Gestion des zones côtières : Le Sénégal vers une loi sur le littoral

 Suite au vote de la loi contre les déchets et l’utilisation des sachets plastiques de moins de 30 microns d’épaisseur, le Sénégal s’apprête à faire de même avec le littoral qui est très menacé par l’érosion côtière et l’utilisation abusive du sable marin.

C’est ce qui ressort ce week-end dernier des propos tenus par le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Abdoulaye Bibi Baldé.

« Nous sommes en train de préparer une loi littorale qui est dans le circuit comme nous avons fait avec le déchet plastique. Nous avons un projet intitulé gestion intégrée des zones côtières », a-t-il fait savoir.

Selon lui, au-delà de cette loi, «qui prévoit un peu d’aménager les zones côtières pour préserver le littoral du point environnement  pour que l’essentiel des activités qui s’y déroulent sur le plan économique soient des activités respectueuses pour l’environnement ».

Le ministre de l’Environnement a déclaré également qu’il est en train de mettre un concept dénommé « Bois privé » qui permet de réduire d’abord la pression sur nos ressources forestières, tout en permettant également à ces développeurs d’avoir des revenus.

« C’est important parce que cela peut réduire la pression des ressources forestières, tout en permettant à certains de gagner leur vie » s’est-il exprimé en ce début de week-end lors de la signature du protocole de partenariat entre le ministère qu’il dirige et l’Association des retraités de l’administration forestière du Sénégal (ARAFS).

Pour le président de l’ARAFS, Oumar Daff, « cet instant est d’autant plus symbolique, qu’il marque une étape importante » dans la vie de l’association.

« Si les retraités de l’administration forestière du Sénégal ont choisi de se constituer en association, c’est parce qu’ils ont mesuré à sa juste valeur la nécessité d’accompagner encore leurs cadets dans cette noble et exaltante mission, à laquelle ils ont consacré bien des années de leur existence », a-t-il dit.

Ainsi donc, le gouvernement du Sénégal, dans sa dynamique de lutter contre les changements climatiques, la destruction de l’environnement avec l’utilisation de produits nocifs, tend vers le mise  en place des lois favorisant cette lutte.

 

 

Idy Diop

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles