Gambie Yaya Jammeh réprime toujours, mais les manifestations ne faiblissent pas

Nos confrères du journal ‘’Enquête’’ sont revenus plus en détail sur la réaction du dictateur gambien. Une cinquantaine de manifestants opposés au régime du Président gambien Yahya Jammeh ont été arrêtés ce lundi à Banjul lorsqu’ils réclamaient la libération de l’opposant Ousainou Darboe, le leader du parti UDP.

D’après nos confrères, étaient principalement visés les manifestants portant des tee shirts ou traînant des bannières où on pouvait lire « Jammeh, quitte le pouvoir », « Halte à la dictature », « Non aux enlèvements et aux disparitions forcés ».

Pour info, Ousainou Darboe, avocat, ancien patron du barreau gambien, devait comparaître devant la Haute cour de Banjul, suite à son arrestation, le 16 avril dernier.

Aux dernières nouvelles, toutes les personnes arrêtées hier ont été conduites à la prison coloniale de Janjanbureh, une île située dans la région de Bansang. Une façon de les éloigner de tout contact avec les yeux indiscrets tout en imposant la peur afin de décourager d’autres manifestations.

D’après ‘’Enquête’’, il faut souligner que cette quatrième apparition d’Ousainou Darboe devant la Haute cour de Banjul a drainé des foules immenses de manifestants contrairement aux trois précédentes où il n’y avait que des militants de son parti.

Cette fois, même des citoyens de la capitale et d’autres quartiers du Greater Banjul Area ont fait le déplacement de Banjul. Dans la nuit du dimanche à Lundi, la police gambienne a même empêché plusieurs véhicules de transport en commun de franchir le pont Denton Bridge, seul point d’entrée de la capitale pour déposer leurs passagers à Banjul.

Mieux organisés avec des tee shirts, des bannières et des supports arborant des slogans hostiles au Président Jammeh, certains manifestants ont tout simplement fait les derniers kilomètres vers la capitale à pied.

Source ‘’enquêteplus’’

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles