FONDS VERT CLIMAT : Six grands projets mis en place pour accéder aux financements

Le gouvernement du Sénégal, dans le but d’accéder aux financements du Fonds vert pour le climat, a décidé de travailler en étroite collaboration avec le Centre de suivi écologique (Cse). Ce qui a permis de mettre en place six (6) propositions de projets avec l’adoption de notes conceptuelles.

Le Sénégal faisant partie des pays les plus vulnérables face aux changements climatiques, a besoin d’unir plus d’efforts avec l’engagement du secteur privé pour trouver une réponse aux vulnérabilités. C’est ainsi que des axes prioritaires sont définis dans son programme pays pour prendre en compte les priorités nationales. Dans ce sens, six (6) grands projets qui mettent tous l’accent sur le changement climatique (allant de la foresterie, l’aquaculture, les inondations, jusqu’à l’élevage) pour un coût global de 56 millions de dollars Us, vont être soumis au Fonds vert pour le climat (Fvc) avec des notes conceptuelles adoptées. Il s’agit du projet « Terre salée » avec un budget de 8,1 millions de dollars déjà approuvé, le projet « Natangué » avec la mise à l’échelle des fermes familiales d’un budget de 9 millions de dollars. Il va couvrir plusieurs régions du pays. Ensuite vient celui des forêts modernes du Sénégal dont la note conceptuelle est déjà adoptée. Son budget s’élève à 10 millions de dollars. Après vient le projet de renforcement de la résilience des populations vulnérables face aux inondations dues au changement climatique dans la banlieue de Dakar, l’entreprenariat agricole intelligent et enfin la résilience au changement climatique dans la zone sylvopastorale. Pour le Directeur général du Centre de suivi écologique (Cse) Aziz Touré, qui travaille avec le ministère de l’Environnement dans le cadre de proposer des projets au Fonds vert, il y a un canal bien défini pour l’obtention du financement du Fonds vert pour le climat. « Il s’agit de passer à travers le Comité national désigné du Sénégal et l’entité nationale a pour soumettre un projet », a-t-il fait savoir. À part le Centre de suivi écologique, précise-t-il, « les entités multilatérales, comme le Pnud, la Fao, peuvent fournir également des projets ». Mais en terme d’entité nationale, seul le Cse peut fournir des projets. Et le Fonds vert appuie le Sénégal à ce qu’il y ait au moins deux autres entités accréditées pour permettre aux privés sénégalais de pouvoir soumettre des projets qui seront en partie basés sur des normes. M. Touré s’exprimait en marge du lancement du programme pays et de sensibilisation sur les possibilités de financement du Fonds Vert Climat, où il a indiqué que l’engagement du gouvernement du Sénégal envers le Fonds vert pour le climat a permis de mettre en place une architecture institutionnelle pour organiser l’accès aux ressources de ce fonds. « Comme le pays a énormément de besoins, nous souhaitons avoir plus de projets accrédités, même si pour le moment le Sénégal se réjouit d’avoir un projet identifié qui va entrer en action en 2020 », lance-t-il. Avant d’ajouter : « Il est en train de mettre le pays dans les meilleures conditions pour pouvoir accéder aux fonds ». Ce qui a permis au Sénégal de recevoir un premier financement de préparation d’environ 300 000 dollars Us qui passe à travers le Pse et qui a permis de travailler sur un certain nombre de choses dans ce pays.
Selon Pape Ousmane Diadhiou, Directeur exécutif du Fonds vert pour le climat, l’Afrique a besoin d’un financement de 2,3 milliards de dollars, même étant le continent le plus vulnérable aux changements climatiques. Au Sénégal, quelques projets sont financés par le Fonds vert et qui ont démarré. Ces projets précise-t-il, sont passés par des entreprises multilatérales.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles