Foncièrement contre le programme iranien, Israel dispose pourtant de 200 ogives nucléaires

L’ancien secrétaire d’Etat Colin Powell a discuté de la capacité nucléaire d’Israël avec un ami, affirmant que ce pays dispose de 200 ogives nucléaires. Fait dans un domaine privé cet échange d’emails l’an dernier a été piraté cette semaine.

Bien qu’Israël soit largement soupçonné d’avoir mis au point des armes nucléaires il y a des décennies, il n’a jamais été déclaré  un Etat nucléaire. L’existence de son programme d’armes est considérée parmi les informations classifiées par les gouvernements israéliens et américains.

Powell, un général de l’armée à la retraite qui a servi comme conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche et président du Joint Chiefs of Staff, a déclaré à l’Associated Press le vendredi par sonn porte-parole, qu’il faisait référence à des estimations publiques des armes nucléaires d’Israël.

« Le Général Powell n’a pas été informé ou eu connaissance de sources américaines sur l’existence,  la taille ou la capacité nucléaire israélienne », indique le communicant.

Il a ajouté: «Ce courriel a été écrit 10 ans après avoir quitté le gouvernement et il n’a pas reçu des séances d’information sur les questions classées ».

Dans l’échange de son compte Gmail personnel en Mars 2015, Powell, 79 ans, a discuté d’un discours ce jour-là lié à une session conjointe du Congrès, fait par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le dirigeant israélien conservateur a été farouchement opposé à l’accord alors proposé par le président Barack Obama pour freiner le programme nucléaire de l’Iran.

Itai Bardov, porte-parole de l’ambassade d’Israël à Washington, a refusé de discuter de l’email de Powell ou la politique de son pays de ne pas commenter si elle possède ou non des armes nucléaires.

Interrogé sur la question lors d’une conférence vendredi, le porte-parole du département d’Etat John Kirby a également refusé de commenter.

«Je ne vais pas discuter de questions d’intelligence. Nous soutenons le traité de non-prolifération nucléaire », a déclaré Kirby. .

« Mais le problème n’est pas censé être discuté ouvertement par ceux qui travaillent pour le gouvernement américain à  maintenir les autorisations de sécurité actives. Même les membres du Congrès sont régulièrement avertis de ne pas mentionner l’existence même d’un arsenal nucléaire israélien », a déclaré Avner Cohen, professeur au Centre d’études James Non-prolifération à l’Institut Middlebury d’études internationales à Monterey.

«Il est à noter ce que quelqu’un comme Colin Powell a dit », déclare Cohen, qui a beaucoup écrit sur le programme nucléaire d’Israël. De toute évidence, il était au courant de toutes sortes de renseignements sur cette question. C’est en sorte  considéré par tout le monde comme un fait public, mais le gouvernement des États-Unis n’en a pas fait  une question politique ».

La libération des e-mails de Powell est la dernière d’une série de fuites qui semble être destinée à influencer l’élection présidentielle 2016. Le FBI enquête sur la façon dont des milliers de courriels du Comité national démocratique ont été piratés et publiés, une violation embarrassante que la campagne de Clinton soutient avoir a été commise par la Russie au bénéfice de Donald Trump.

Lactuacho.com avec dailymail.co.uk

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles