Folklore et griotisme d’état: le palais présidentiel, un symbole de la République devenu une sorte de cabaret

A défaut du patriotisme d’État en étant dévoué au service de la République c’est le chemin du griotisme d’État au service du parti au pouvoir qui est en marche depuis l’alternance en 2012 et que beaucoup ont choisi  griot ou pas griot.

Quand on voit le palais présidentiel un symbole de la République devenir une sorte de cabaret où des festivités en tout genre sont organisées.

L’annulation du sabar d’une génération consciente due à la perte d’un grand Monsieur comme Bruno Diatta  confirme bien que les Sénégalais vivent avec un régime qui sans se gêner excelle dans le griotisme d’État.

Seulement le  service protocolaire de la présidence doit poursuivre la discrétion comme la su rester cet homme au service de la république durant 40 ans.

Le chanteur Pape Diouf est un griot avant tout et il poursuivra sa voie en donnant des concerts et à organiser des manifestations festives comme celui du sabar au grand théâtre.

Le grand théâtre a était construit par le président Abdoulaye Wade pour des manifestations festives .Pour honorer la mémoire de tous ces braves hommes et femmes qui depuis l’indépendance sont au service de la nation où l’ont été. Il faut plus de discrétion dans les institutions doublé, d’un patriotisme irréprochable et moins de festivités à l’honneur  des institutions..

Jon Birahim responsable Pds  France

 

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles