Flux de drogue vers son pays : le premier ministre algérien pointe un doigt accusateur sur le Maroc

En Algérie, le Premier ministre s’en est pris au Maroc, accusant le royaume d’être le lieu d’où partent les flux de drogues vers l’Algérie. Ce n’est pas la première fois qu’un officiel algérien fait une remarque pareille. Au mois d’octobre, c’est le ministre des Affaires étrangères qui accusait les banques marocaines de blanchir l’argent du haschich.

« Tout le monde sait d’où vient le haschich en Afrique du Nord, il ne vient pas d’Afghanistan, c’est trop loin. » Ce samedi 20 janvier, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a ouvertement pointé du doigt le Maroc et les flux de résine de cannabis qui proviennent du royaume.

Deux jours plus tôt, le Premier ministre avait déploré l’importance de l’usage de différentes drogues dans le pays et avait lancé que si la décision lui revenait, il appliquerait la peine de mort contre ceux qui font entrer les drogues en Algérie.

En octobre, Rabat avait rappelé son ambassadeur après un autre épisode du même genre. Le ministre algérien des Affaires étrangères Abdelkader Messahel avait déclaré devant des chefs d’entreprise que les banques marocaines blanchissaient l’argent du haschich. Il avait ajouté : « Royal Air Maroc transporte autre chose que des passagers, et ça, tout le monde le sait ».

Selon les bilans des services de sécurité algériens, des quantités importantes de drogues sont interceptées près de la frontière marocaine. En 2017, 50 tonnes de résine de cannabis ont été saisies.

Source RFI

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles