Finances publiques : Une amélioration de la mobilisation des recettes

La direction de la prévision et des études économiques  estime qu’à la  fin mars 2015, la gestion budgétaire est marquée par une amélioration de la mobilisation des recettes, conjuguée à une progression prudente des dépenses publiques. Et les ressources publiques ont augmenté de 15,6%, en glissement annuel, pour s’établir à 390,3 milliards contre 337,6 milliards l’année précédente.

« Quant aux dépenses publiques et prêts nets, estimés à 467,6 milliards, ils ont progressé de 16%, sous l’effet de l’accroissement cumulé des dépenses courantes et des dépenses en capital. Au total, le solde budgétaire global (dons compris) est ressorti provisoirement en déficit de 77,2 milliards à la fin du premier trimestre 2015 », explique la Dpee.

D’après la Dpee qu’en fin février 2015, la situation estimée des institutions monétaires, comparée à celle de fin décembre 2014, fait ressortir une diminution de 48,5 milliards des avoirs extérieurs nets et un renforcement de 54,3 milliards de l’encours du crédit intérieur. En contrepartie, la masse monétaire s’est contractée de 19,2 milliards sur la période sous revue.

Le document précise qu’au plan social, l’enquête auprès des ménages montre que l’eau et l’électricité sont des services accessibles pour la plupart les ménages dakarois (95,6%) tandis que l’assainissement reste peu accessible aux ménages, surtout en banlieue.

« Concernant la sécurité alimentaire, la proportion de ménages qui assurent trois repas par jour est de 77,5%, soit 1,2 point de pourcentage de plus qu’au dernier trimestre. Quant aux principaux chocs subis par les ménages au premier trimestre 2015, ils concernent les coupures d’électricité (39,7%) et l’inflation (13,2%) », note la Dpee.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles