Facteurs bloquants des jeunes : manque d’éducation, de qualification professionnelle, faible accès aux services de santé…

La population de l’Afrique de l’Ouest et du Centre se caractérise par sa jeunesse. Près des deux tiers ont moins de 24 ans. Les jeunes âgés entre 15 et 24 ans représentent 60 pour cent des sans-emploi en Afrique et ceux qui parviennent à trouver du travail, s’activent généralement dans le secteur informel avec des revenus faibles et précaires. Ces jeunes sont confrontés à un manque d’éducation, de qualification professionnelle et à un faible accès aux services de santé sexuelle et reproductive. 

Or, aujourd’hui, l’un des grands atouts de l’Afrique réside dans sa population jeune dans la mesure où elle constitue un potentiel d’une haute utilité pour le développement. Si l’Afrique disposait de ressources suffisantes permettant d’assurer l’éducation, la prise en charge sanitaire et l’insertion de cette couche importante de population dans le circuit économique, le tout adossé à une politique de bonne gouvernance, elle bénéficierait davantage du dividende démographique en vue de son émergence à l’instar des pays émergents d’Asie.

Ces propos sont de Birima Mangara, le Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Chargé du Budget. Il a tenu ce discours lors de la cérémonie nationale de lancement de la feuille de route de l’Union Africaine sur le dividende démographique.

Pour le ministre, le fait de tirer pleinement profit du dividende démographique offre une excellente opportunité de lutter contre le chômage qui affecte les jeunes et de s’attaquer aux causes profondes de nombreux défis majeurs auxquels se trouve confrontée l’Afrique dont notamment les migrations forcées, la radicalisation et l’extrémisme violent.

Par ailleurs, l’atteinte des Objectifs pour le Développement Durable et la construction d’une Afrique prospère que nous voulons, dépendent aussi en grande partie de la capture du dividende démographique.

« C’est fort de ces constats que l’Union Africaine s’est résolument engagée à réaliser une vision continentale dans l’agenda 2063 « L’Afrique que nous voulons » qui fait de la capture du dividende démographique une priorité.

L’importance capitale du dividende démographique pour le développement durable de l’Afrique a été, à maintes reprises, reconnue par les dirigeants africains au plus haut niveau et sur d’importantes plates-formes ministérielles », a-t-il ajouté.

C’est pourquoi, dit-il, le choix du thème de l’année 2017: « Tirer profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse », est non seulement un vibrant appel aux dirigeants africains à s’investir pleinement dans la création de conditions favorables à l’épanouissement des  jeunes,  et femmes, véritables acteurs du développement, mais également une volonté affirmée de l’Union Africaine de faire de la question de la jeunesse une priorité.

Cette reconnaissance renforcée du dividende démographique est, en effet, concrétisée au dernier sommet de l’UA tenu en janvier 2017 à Addis-Abéba, par l’adoption d’une feuille de route qui met en relief les mesures fondamentales  devant être prises pour que l’Afrique tire pleinement profit du dividende démographique.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles