FACE AU PRESIDENT MACKY EN 2019 : L’opposition fera le chemin vers Canossa

2012-2019 ! Des autoroutes aux pistes de production, des ponts aux quais de pêche, en passant par le Train express régional Dakar–Diamniadio, par les forages, par le dragage du Fleuve Casamance sans oublier les productions records et la modernisation du secteur primaire et les importantes mesures prises et appliquées au plan social…. Sept ans de réalisations à l’actif du Président de la République Macky Sall.
Autant de réalisations qui justifient à suffisance la volonté des Sénégalais de lui confier les destinées de leur pays pour cinq autres années.
Malheureusement l’opposition dresse un tableau très sombre de ce septennat. A travers leurs discours, nous avons l’impression que nous sommes dans deux Sénégals à savoir le Sénégal irréel de l’opposition et le Sénégal réel des réalisations visibles et quantifiables.
Au titre des infrastructures, nous pouvons lister d’une manière non exhaustive les autoroutes, les pistes de production, les ponts, le Train express régional, Aibd, la nouvelle ville économique de Diamniadio avec ses cités administratives, son Aréna, son parc d’exposition de dernière génération, etc.
Au niveau de l’agriculture, la production du riz a dépassé le million de tonnes en 2017. La production des fruits et légumes aussi a connu des hausses.
Au niveau des transports aériens la mise en œuvre d’un programme de réhabilitation des aéroports régionaux du Sénégal est lancée. Selon le Président Macky SALL, « ce programme vise à faire avancer le désenclavement aérien des terroirs, par la réhabilitation, voire la reconstruction et la mise aux normes internationaux des aéroports régionaux ». Non sans oublier la compagnie nationale Air Sénégal SA avec sa nouvelle flotte.
Pour la navigation maritime, une flotte nationale de transport de personnes et de frets fait non seulement la navette entre Dakar et Ziguinchor, mais également entre le Sénégal et certains pays africains. Avec les travaux de dragage du fleuve Casamance, le port de Ziguinchor s’est créé de nouvelles sources de revenus et de l’emploi grâce à l’exportation des noix d’anacarde.
Au plan social d’importantes mesures ont été prises et appliquées à travers le plan de solidarité nationale, les bourses familiales, la délivrance de 50 000 cartes d’égalité des chances par année à des personnes souffrant de handicap, la Couverture maladie universelle, la gratuité des soins pour les enfants de zéro à cinq ans et les porteurs de maladies chroniques.
Le monde de la culture a vu la satisfaction de la plupart de ses doléances. Durant ses sept ans, les acteurs culturels ont connu le doublement du Fonds de Promotion de l’Industrie cinématographique et audiovisuel (FOPICA); le doublement du budget de la Biennale de l’Art africain contemporain (DAK’ART) ; la relance du Grand Prix du Président de la République pour les Arts et les Lettres ; la mise en place d’un programme de conservation et de valorisation des sites historiques et des lieux de mémoire, etc.
Sur le plan international, la diplomatie sénégalaise a fini de convaincre le monde entier. Dakar a vécu ses quelques années un défilé de Chefs d’Etats. Entre autres, on peut nommer, Barack Obama des USA, Xi Jinping de la Chine, Sa Majesté Mohamed VI le roi du Maroc, Emmanuel Macron de la France, Angela Merkel de l’Allemagne, Paul Kagamé de Rwanda, Vladimir Poutine de la Russie, Georges Weah du Libéria, Alassane Dramane OUATTARA de la Côte d’Ivoire, etc.
Par ailleurs, mais toujours dans le registre diplomatique le Président Macky SALL a su gérer avec fermeté et tact le dossier de la succession en République sœur de Gambie après la défaite du Président Yaya Diameh.
A travers ses réalisations, le Président de la République a su joindre la parole à l’action.
Aujourd’hui, à moins de deux mois de l’élection présidentielle, l’opposition par des tirs groupés essaie de remettre en cause ce travail titanique réalisé en sept ans.
Si ce n’est pas le coût des infrastructures, ils parlent de la non nécessité du TER, de l’autoroute Ila Touba, de la bourse de sécurité familiale, du dragage du Fleuve Casamance, de la construction du pont de Foundiougne, des piste de production…
Mesdames et Messieurs les experts et opposants du régime, le Sénégal s’est déjà positionné sur les rampes de l’émergence et le Président de la République a obtenu l’aval et la confiance des Sénégalais.
Mesdames et Messieurs, les Sénégalais ont vu et sont témoins des importantes réalisations qui sortent de terre de Dakar à Matam, de Saint Louis à Ziguinchor, de Thiés à Kédougou en passant par Fatick, Kaolack, Tambacounda, Sédhiou, Koldal, etc. Les infrastructures font aujourd’hui partie prenante de leur quotidien.
Lors du dernier Groupe Consultatif de Paris Monsieur Hafez M. H. Ghanem – Vice-Président de la banque mondiale pour l’Afrique est revenu sur la pertinence et la crédibilité du PSE en ces mots : « En conclusion, nous au Groupe de la Banque mondiale, nous sommes fiers de notre partenariat avec le Sénégal et des bons résultats du PSE et nous resterons engagés pour soutenir le PAP 2 du PSE.»
Merci Monsieur Hafez M. H. Ghanem pour ce beau témoignage.
Malheureusement l’opposition sénégalaise n’a rien vu ou fait semblant de ne rien voir.
Mesdames et Messieurs, certes vous êtes bien dans votre rôle d’opposants, mais je pense bien que cela ne doit pas vous empêcher d’apprécier les infrastructures qui sont réalisées ou en cours de réalisation à travers le PSE.
Contester les réalisations du Président Macky SALL risque de vous mener à Canossa. Où se trouve Canossa ? Canossa est une commune italienne dans la province de Reggio d’Émilie. Et pourquoi jusqu’à Canossa ? Permettez-moi de consulter un peu l’histoire pour apporter réponse à cette question. D’après l’histoire, « en 1077 le pape Grégoire VII avait effectué un déplacement à Canossa pour y rencontrer l’empereur Henri IV d’Allemagne qui avait cru bon de proclamer la déchéance du pape après le conflit des Investitures. Le pontife décida alors de l’excommunier. Du coup, les vassaux de l’empereur refusèrent de continuer à le suivre. Ce qui l’obligea finalement à aller rencontrer le pape pour le supplier de lui accorder son pardon. C’est au château de Canossa qu’eut lieu cette rencontre où l’empereur fut humilié de devoir se coucher devant le pape qui ne lui donna une réponse positive que trois jours plus tard, après l’avoir bien laissé ruminer en costume de pénitent et pieds nus dans le froid en plein mois de janvier. L’excommunication fut alors levée. »
Mesdames et Messieurs, vos militants, sympathisants et potentiels électeurs risquent de vous tourner le dos comme ça été le cas pour l’empereur Henri IV d’Allemagne qui avait vu ses vassaux refuser de continuer à le suivre. C’est ce refus qui le mena à Canossa d’où l’expression « partir à Canossa » qui signifie partir vers son humiliation.
Refuser de voir les réalisations du Président Macky, c’est accepter de partir sans nul doute à Canossa. Et au soir du 24 février 2018, personne ne pourra empêcher votre séjour à Canossa car les Sénégalais ont déjà décidé.
Comme disait l’autre « wédi guiss bocou thi » !
A bon entendeur salut !

Talibouye AIDARA
Communicant/Journaliste
Cadre APR département Bignona
Email : aidara.or.t@gmail.com

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles